Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Châteauroux : la police municipale en grève reconductible

vendredi 6 juillet 2018 à 18:05 - Mis à jour le vendredi 6 juillet 2018 à 23:00 Par Jonathan Landais, France Bleu Berry et France Bleu

La CFDT appelle les agents de la police municipale de Châteauroux à un mouvement de grève les vendredis et samedis, le syndicat réclame davantage de moyens pour la brigade de nuit.

La ville de Châteauroux compte 23 policiers municipaux.
La ville de Châteauroux compte 23 policiers municipaux. © Maxppp - Maxppp

Châteauroux, France

A Châteauroux, une partie des agents de la police municipale fera grève dans la nuit de vendredi à samedi et la grève se poursuivra la nuit suivante (samedi à dimanche), un mouvement à l'appel de la CFDT. Les agents réclament une meilleure rémunération et davantage de moyens pour la brigade de nuit, dont la mise en place est effective depuis ce week-end.

Une réforme dans la précipitation" (la CFDT)

Chaque week-end, le vendredi et le samedi, une équipe de trois policiers municipaux sillonnera l'hyper centre de Châteauroux de 22h à 7h pour renforcer la sécurité en ville notamment à la sortie des bars. Le problème, selon Martine Trigaud, c'est que pour l'instant les 23 policiers de la ville ne sont toujours pas formés, ni équipés. Elle est responsable de la section CFDT à la ville de Châteauroux.

"Aujourd'hui ils partent sans armement, sans formation, c'est un vrai problème en terme de sécurité, _on ne peut pas aller faire de la sécurité publique sans être soi-même en sécurité_, c'est le principe même du sauveteur secouriste, un sauveteur qui se met en danger il ne sauvera personne (...) On n'a rien contre le fait de travailler la nuit, ce qu'on conteste c'est la manière dont s'est mise en oeuvre cette brigade, la sécurité publique ça ne se décrète pas, ça se construit".

Formations à l'automne 2018

La CFDT réclame également une indemnité compensatrice, en plus de la prime de nuit fixée à 0.97 centimes d'euros bruts de l'heure. Ce projet de brigade de nuit s'est-il monté dans la précipitation ? Le maire de Châteauroux Gil Avérous rejette ces accusations. "Ils ont déjà de l'armement, ils ont déjà des bombes lacrymogènes, des tonfas, des caméras piéton, ce qu'il leur manque c'est _la formation pour les pistolets électriques et les flash-balls_, cette formation sera programmée à l'automne, mais on est liés aux organismes de formation qui sont submergés de demandes".

Concernant les revalorisations salariales liées aux heures de nuit, la mairie indique avoir proposé et fait voter en commission paritaire (élus et syndicats) une prime de 80 euros pour un week-end, 118 euros pour deux week-end et 200 euros pour quatre week-end.

La CFDT regrette par ailleurs le fait que les patrouilles soient mises en place uniquement dans le cœur de ville et pas dans les autres quartiers de Châteauroux. Le mouvement est reconductible, "un nouveau préavis sera déposé chaque lundi pour la fin de semaine" annonce la CFDT. La police municipale de Châteauroux compte 23 agents dans ses rangs, ainsi que six agents au CSU, le Centre de supervision urbaine.