Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Châteauroux : la ruée vers le web des commerçants

-
Par , France Bleu Berry

L'épidémie de coronavirus et ses confinements successifs incitent de nombreux commerçants castelroussins à afficher leur présence sur le web. Une démarche qui est peu plus compliquée qu'un simple clic.

Fourchette et café, place Napoléon à Châteauroux, a lancé son site internet juste avant le deuxième confinement
Fourchette et café, place Napoléon à Châteauroux, a lancé son site internet juste avant le deuxième confinement © Radio France - Sarah Tuchscherer

Chez Berry Web, agence spécialisée notamment dans la création de sites web, fondée en 2018, les coups de fil de commerçants se multiplient ces derniers jours. Il s'agit souvent de relancer des projets amorcés lors du premier confinement du printemps et qui restent à concrétiser, précise le patron, Manuel Mabille. Le web est en ce moment, pour beaucoup de commerçants, le seul lien possible avec la clientèle. 

Plusieurs milliers d'euros d'investissement

Mais créer un site demande du temps, au minimum un mois et demi de travail, selon le patron de Berry Web. Cela représente également un budget conséquent, de 1.500 euros pour ceux qui ont déjà un site et veulent simplement le transformer en site marchand, jusqu'à 10.000 euros pour les plus gros sites. Une somme qui peut freiner certains entrepreneurs, en ces temps d'incertitude économique.

Rien qu'un complément d'activité ? 

Les gérants de Fourchette et Café envisageaient depuis un moment déjà de se doter d'un site web. L'épidémie a accéléré leur démarche. Depuis octobre, leurs produits peuvent être commandés en ligne puis récupérés sur place ou bien livrés à domicile par la poste. "On a élargi notre clientèle, explique Stéphanie Landy, mais le cœur du métier reste le contact direct". Pour cette commerçante castelroussine, internet ne sera jamais plus qu'un complément d'activité et rien ne remplacera l'odeur de café fraîchement torréfié qui ravit le client dès qu'il passe le seuil du magasin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess