Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Châteauroux : le maire (LR) Gil Avérous signataire d'un appel pour la légalisation du cannabis

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Berry

Le maire de Châteauroux Gil Avérous fait partie des 70 signataires d'un appel demandant la légalisation du cannabis, publié chez nos confrères de l'Obs. Le premier magistrat de la cité castelroussine est le seul élu LR à signer cette tribune.

Gil Avérous, maire de Châtauroux
Gil Avérous, maire de Châtauroux © Maxppp - Vicent Isore

Châteauroux

Gil Avérous maintient son cap : comme il l'avait indiqué en marge d'une réunion de quartier à St Jean début mai, le maire de Châteauroux se dit une nouvelle fois favorable à la légalisation du cannabis. L'élu LR fait partie des 70 signataires d'un appel publié dans l'Obs.  Signé par des élus, médecins, scientifiques ou encore des économistes, cet appel a pour objectifs prioritaires "la protection des mineurs, la sécurité et la santé publique."

Parmi les signataires, on trouve les noms de Raphaël Glucksmann député européen (PS-Place publique), Benoît Hamon ancien ministre de l’Education nationale ou encore le député européen (EELV) Yannick Jadot. A noter que Gil Avérous est le seul élu LR à signer cette tribune. 

Le mois dernier, le maire de Châteauroux avait indiqué que "Face à un échec cuisant des politiques de répression, il faut changer son fusil d'épaule." Et l'élu d'ajouter : " "Soit on réprime encore plus, ce qui veut dire prononcer des peines d'emprisonnement, or on connait la situation des prisons, soit on réfléchit à une autre solution, et pour moi c'est la piste d'une légalisation, contrôlée, notamment en s'appuyant sur nos buralistes et suivie par nos intermédiaires de santé. Mais face à cet échec cuisant, on voit que les points de trafic se multiplient, je plaide pour une réflexion sur la légalisation du cannabis. Mais c'est au gouvernement, aux législateurs de prendre cette décision."