Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Châteauroux : les étudiants de la résidence Charlemagne se serrent les coudes

-
Par , France Bleu Berry

Les étudiants de la résidence universitaire Charlemagne de Châteauroux se serrent les coudes pour faire face à l'isolement des cours à distance. Deux d'entre eux, en service civique, prennent régulièrement des nouvelles des conditions matérielles et du moral de leur camarades.

Adrien et Henry prennent réguluièrement des nouvelles de leurs camarades de la résidence universitaire Charlemagne de Châteauroux
Adrien et Henry prennent réguluièrement des nouvelles de leurs camarades de la résidence universitaire Charlemagne de Châteauroux © Radio France - François Chagnaud

Tous deux en service civique, Adrien et Henry prennent régulièrement des nouvelles du moral des troupes de la résidence Charlemagne du Crous de Châteauroux à moitié vide. Il y reste une trentaine d'étudiants. Les autres sont bien souvent repartis habiter chez leur parents.

Adrien et Henry frappent à la porte de Nesrin. Cette doctorante en intelligence artificielle à l'IUT de Châteauroux est arrivée depuis Alger en septembre, en plein confinement. "Sans ça, c'était compliqué de s'intégrer parce que je ne connais pas les repères, je ne connais pas Châteauroux. Avec Henry et Adrien l'accueil était super, c'est comme une famille maintenant", sourit-elle. 

Quelques portes plus loin, Thomas s'estime chanceux : "Ici, on peut facilement avoir des liens sociaux. Mais pour les amis qui habitent tout seuls dans des appartements privés, dans un 20 mètres carrés seuls, tout le temps, c'est beaucoup plus compliqué."

Internet, nerf de la guerre 

Au delà du moral, Adrien et Henry vérifient aussi les conditions matérielles de leurs camarades. Sur le pas de sa porte, Alexandrine leur fait remonter un problème récurrent. "Il n'y a toujours pas Internet !", s'exclame-t-elle. Sans connexion, impossible de suivre les cours à distance à moins de payer un abonnement de sa poche. C'est notamment le cas de Benoît, qui doit débourser 35 euros pour une box

Internet reste un élément essentiel car sans réseau, le lien social aussi peut se rompre, explique Henry. Il est l'un des deux services civiques qui veille sur le bien-être des habitants des deux résidences du Crous de Châteauroux. "Si on est déjà coupés avec Internet en distanciel, on a plus rien. Il nous reste les autres, c'est une chance de pouvoir se voir même si parfois ça peut paraître interdit", concède-t-il. 

Les soirées dans la salle commune sont interdites par mesure de sécurité. Alors, les résidents de Charlemagne trouvent d'autres moyens de maintenir le lien. Certains soirs, les portes des uns et des autres s'ouvrent, les couloirs s'animent. Et même s'il n'y a qu'un mur ou qu'un étage qui sépare les camarade, ils sont toujours en contact avec les réseaux sociaux. Une "bonne ambiance" essentielle, car les étudiants vont continuer à travailler depuis leurs studios. Le centre universitaire de Châteauroux prolonge ses cours à distance jusqu'à nouvel ordre. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess