Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Châteauroux : un rassemblement du RESF pour dénoncer les problèmes d'hébergement de mineurs étrangers

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Berry

Une dizaine de personnes se sont rassemblées en fin d'après-midi pour protester contre le délogement de trois mineurs à partir du 20 novembre pendant le week-end et les vacances. Un vide juridique entoure notamment la question de leur âge.

"Un toit c'est un droit" voici le slogan du RESF pour les trois mineurs étrangers
"Un toit c'est un droit" voici le slogan du RESF pour les trois mineurs étrangers © Radio France - Samuel Monod

Châteauroux, France

A partir du 20 novembre, trois mineurs étrangers, âgés de 15, 16 et 17 ans se retrouveront à la rue le week-end et les vacances, faute d'hébergement. 

La raison : des doutes sur leur âge. "C'est un flou juridique" explique Jean, un membre du Réseau Education Sans Frontières. "Ces mineurs étrangers ont fait toute la procédure pour être reconnus comme tels et être pris en charge par l'aide sociale à l'enfance. Le problème, c'est qu'aujourd'hui, ils sont arrivés au bout de cette procédure parce qu'on considère que leur document d'identité est faux" poursuit-il. 

En bref, ils ne sont pas considérés comme mineurs. "Donc, la seule chose qu'on leur propose, c'est qu'ils se déclarent majeurs, et qu'ils entament une démarche en préfecture. Donc on leur demande en gros de se créer des faux papiers de majeurs pour pouvoir accéder à l'hébergement". 

Car oui, pour l'instant, c'est l'organisme "Solidarité Accueil" qui les hébergent. Sauf que le dispositif permettant à cet organisme d'héberger des jeunes scolarisés n'a pas été reconduit. Désormais, Solidarité Accueil ne peut héberger que des majeurs. "Nous, maintenant, on sollicite le préfet, car c'est le seul compétent concernant l'hébergement d'urgence, pour prendre une décision et maintenir l'hébergement de ces jeunes durant le week-end et les vacances scolaires". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu