Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Société

Châteauroux : une action devant la Préfecture pour demander l'hébergement de mineurs isolés

mercredi 30 janvier 2019 à 20:28 Par Margaux Stive, France Bleu Berry

Une dizaine de militants du Réseau éducation sans frontière (RESF) de l'Indre ont planté plusieurs tentes mercredi soir devant la Préfecture à Châteauroux. Le but : alerter sur la situation de 12 mineurs isolés sans hébergement.

Les militants de RESF ont planté des tentes devant la Préfecture
Les militants de RESF ont planté des tentes devant la Préfecture © Radio France - Margaux Stive

Châteauroux, France

Pancartes à la main, et couverture de survie sur le dos, une dizaine de militants de RESF plantent, dans un vent glacial, plusieurs tentes sur un bout de pelouse devant la préfecture de l'Indre ce mercredi soir.

Ni mineurs ni majeurs

Leur but : interpeller les autorités sur la situation de 12 jeunes migrants. Tous sont mineurs, mais  ne sont pas encore reconnus comme tel par l'administration , et c'est ce qui pose problème. Car les solutions d'hébergements proposées ne sont pas les mêmes selon l'âge, et surtout rien n'est proposé durant la durée des procédures administratives. Ni mineurs, ni majeurs aux yeux de la loi, ces jeunes sont donc "des invisibles" explique Monique Desbois membre du Réseau éducation sans frontière.

Résultat, "tout le monde se renvoie la balle" dénonce Kévin Bunel, également membre de RESF, qui demande que "l'État prenne ses responsabilités" au regard de la loi sur la protection de l'enfance.

Kévin Bunel de RESF explique pourquoi la situation de ces jeunes est compliquée

En attendant ces jeunes dorment où ils peuvent, parfois dans la rue. "C'est très dur", confie Farez. Ce jeune de 16 ans vient de Côte d'Ivoire, il a traversé plusieurs pays, et la Méditerranée à bord d'un canot de fortune pour arriver jusqu'en France

On n'a pas décidé de vivre ça, on aimerait une situation meilleure mais compte tenu de notre statut souvent on nous rejette. On a pas choisi cette vie. Nous sommes des humains comme toute autre personne" Farez, 16 ans

Écoutez le témoignage de Farez, 16 ans, qui fait partie des mineurs sans hébergement

Et c'est aussi à cause de ce vide juridique que le 115 ne peux pas toujours les accueillir. Pour Bruno Pichon, responsable du pole sociale de solidarité accueil dans l'Indre "le 115 fait son travail" mais quand "il y a des problèmes administratifs, ce n'est pas de [notre] ressort" explique-t-il. 

Le reportage de France Bleu Berry