Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Châteauroux : un rassemblement contre la loi sécurité globale organisée ce samedi 28 novembre

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Berry

Ce samedi, à 15h, un rassemblement contre la proposition de loi sur la sécurité globale se tiendra à Châteauroux. Certains syndicats, partis politiques et associations dénoncent un texte qui vise à restreindre le droit d’informer.

-
- © Maxppp - PHOTOPQR/LA DEPECHE DU MIDI/VGC

La fronde s'organise contre la proposition de loi sur la sécurité globale. Un appel à la manifestation est lancé à Châteauroux par plusieurs syndicats, associations, organisations et partis politiques. Un rassemblement est prévu ce samedi 28 novembre, à 15 heures sur la place de la République. La Ligue des droits de l'homme, le Réseau Education Sans Frontières, le Parti socialiste, le NPA, La France insoumise, la CFDT ou encore le syndicat enseignant FSU se joignent à cette manifestation. Ils dénoncent aussi l'expulsion violente d'un camp de migrants à Paris.

Une restriction de la liberté d'informer et d'expression

Dans un communiqué commun, ils expliquent que la loi de sécurité globale "a pour objectif réel de restreindre le droit d’informer, d’être informé et de limiter la liberté de manifester dans des proportions injustifiables". L'article 24 de cette proposition de loi concentre les critiques. Il vise à limiter la diffusion d'images des forces de l'ordre dans l'intention de leur nuire, et particulièrement si on peut identifier le visage des policiers. Ces images peuvent pourtant être essentielles. "Nous avons un exemple récent : le lundi 23 novembre les forces de police ont expulsé violemment des centaines de réfugiés de la place de la république à Paris. Cette brutalité a été révélée par la publication d'images, et ce sont ses images que le projet de loi sur la sécurité globale veut interdire", indique le communiqué.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess