Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Châteauroux : une partie des salariés de l'association Solidarité Accueil en grève ce mardi

-
Par , France Bleu Berry

Une partie des travailleurs sociaux de l'association Solidarité accueil qui gère le 115 a fait grève ce mardi notamment pour dénoncer leurs conditions de travail et des pratiques qu'ils jugent illégales.

Une partie des travailleurs sociaux de l'association Solidarité accueil qui gère le 115 a fait grève ce mardi 21 mai notamment pour dénoncer leurs conditions de travail
Une partie des travailleurs sociaux de l'association Solidarité accueil qui gère le 115 a fait grève ce mardi 21 mai notamment pour dénoncer leurs conditions de travail © Radio France - Frédéric Denis

Une dizaine de salariés de l'association Solidarité accueil à Châteauroux qui gère l'hébergement et l'insertion des personnes en difficulté  ont manifesté ce mardi en fin de journée devant les locaux du siège social, au 20 avenue Charles de Gaulle, en face de la préfecture de l'Indre.

Ces travailleurs sociaux ont suivi une journée de grève pour dénoncer leurs conditions de travail et le manque de moyens de leur structure. Gaëlle Tardivon, assistante sociale du service du SIAO, le service intégré d'accueil et d'orientation, où sont reçues et traitées toutes les demandes d'hébergement (les hébergements d'insertion ou d'urgence et le 115 pour les mises à l'abri) faisait partie des grévistes.

Elle nous a expliqué que depuis plusieurs mois, "les conditions de travail deviennent vraiment très très compliquées avec un turn-over important et plein d'arrêt maladie". Elle dénonce "un vrai mal-être dû à certaines pratiques qu'elle juge illégales ". Elle cite par exemple la demande des services de l'Etat de les alerter si une femme et son enfant considérée comme en fuite se signale auprès de l'association via le 115 pour être mise à l'abri. "Je n'ai pas le droit de faire ça, je suis soumise au secret professionnel" indique l'assistante sociale. 

Les grévistes expliquent qu'il n'y a "pas assez de places d'hébergement par rapport au nombre de personnes en demande". Ils estiment qu'"on ne peut pas leur demander de mettre des gens dans la rue, pour en héberger d'autres", ce qui arrive disent-ils.

Gaëlle Tardivon, assistance sociale à Solidarité Accueil, explique une des raisons du mal être d'une partie des personnels de l'association

Le directeur de l'association Solidarité accueil, Bruno Pichon, ne souhaite pas réagir avant d'avoir reçu l'ensemble des salariés du pôle social, soit une trentaine de personnes. Une réunion est prévue avec eux le 12 juin prochain.