Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Chavanay : David Barou de retour chez lui après un an de voyage et 22.000 kilomètres avec son vélo

David Barou, ingénieur en aéronautique de 33 ans, a tout plaqué. En août 2019, il décidé de prendre une année sabbatique pour partir en voyage à vélo. Un an plus tard et après 22.000 kilomètres parcourus, il est de retour chez lui et se questionne sur la finalité qu'il souhaite donner à sa vie.

David Barou, ingénieur en aéronautique de 33 ans, a dormi la plupart du temps chez l'habitant.
David Barou, ingénieur en aéronautique de 33 ans, a dormi la plupart du temps chez l'habitant. - David Barou

"Je voulais repartir à zéro" explique David Barou, 33 ans et ingénieur en aéronautique à Paris, au sujet de son périple à vélo. Après un an sur les routes de l'Asie centrale et du Moyen-Orient (22.000 kilomètres parcourus), il est de retour en France, chez ses parents à Chavanay (Loire), à quelques kilomètres du département de l'Isère.

"Je voulais rencontrer des gens. Et le vélo est le meilleur moyen pour ça. On n'a pas de carrosserie, on dit bonjour dès que l'on croise quelqu'un" - David Barou.

S'il a décidé de partir en voyage, c'est parce que ce jeune adulte se questionnait sur le sens de sa vie. "Je travaillais sur Paris et j'avais envie de voir autre chose" dit-il. Ce voyage l'a totalement transformé. "Je me laisse un gros mois pour savoir si je repars bosser sur Paris. J'ai aussi envie de faire autre chose" poursuit-il.

Un homme marqué par l'humanité des gens rencontrés

S'il devait se souvenir de quelque chose, "c'est [de] l'accueil qui m'a été réservé" explique-t-il. "Dans 90% des cas, les gens m'ont accueillis chez eux. Ils m'ont invité spontanément" raconte David. "Ça ne se passe jamais comme ça en France" regrette-t-il.

"Il y a juste pour aller en Turquie que j'ai dû prendre un avion parce que je devais traverser la Syrie en guerre" - David.

"J'ai été dans des pays qui sont en guerre : Arabie Saoudite, Israël ou l'Iran. Et j'ai été accueilli de la même façon de partout" raconte David. "En France, il faut passer par des applications pour aller dormir chez l'habitant, ça se fait de façon beaucoup plus indirecte" dit-il encore.

David Barou et son vélo.
David Barou et son vélo. - David Barou

Les paysages qu'il a traversés ont aussi marqué sa mémoire. "L'immensité des paysages, en particulier en Asie centrale, même en Iran" note-t-il. "Je me sentais vraiment tout petit" explique David.

Donner du sens à sa vie

"J'ai eu un ras-le-bol de ma situation" nous dit David. De retour en France, ce long voyage lui a fait prendre conscience de ce que la vie peut lui offrir. "Je me suis dit qu'il y avait beaucoup plus de possibilités que ce que l'on pense, que la vie rêvée qu'on propose n'est pas forcément d'avoir un CDI" analyse David. "Je suis libre maintenant et je me laisse encore un peu de temps pour réfléchir à la suite. Mais j'ai envie de faire quelque chose de différent, et, pourquoi pas repartir en voyage, en Amérique, en Afrique ou en Russie" conclut-il.

David Barou a été époustouflé par l'immensité des paysages qu'il a traversé.
David Barou a été époustouflé par l'immensité des paysages qu'il a traversé. - David Barou
David Barou a été époustouflé par l'immensité des paysages qu'il a traversé.
David Barou a été époustouflé par l'immensité des paysages qu'il a traversé. - David Barou
Choix de la station

À venir dansDanssecondess