Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Cher : on fait déjà la queue aux restos du coeur !

jeudi 12 novembre 2015 à 18:36 Par Michel Benoît, France Bleu Berry

Les inscriptions ont repris aux restos du coeur depuis le début de la semaine. En Berry, plus de dix mille personnes vont compter cet hiver sur l'association pour ce nourrir. Un nombre en constante augmentation.

Les restos du coeur de St-Doulchard
Les restos du coeur de St-Doulchard © Radio France - Michel Benoit

Bourges, France

La campagne hivernale de distribution des restos du cœur débute le 1er décembre, mais les inscriptions se font en ce moment. En Berry, les restos du cœur comptent 18 centres de distribution. Ils servent environ 740.000 repas à un peu plus de 10.000 personnes. Des chiffres qui ne cessent d’augmenter chaque année.

En trois permanences, ce sont près de cent-vingt familles qui ont déjà été inscrites, on fait la queue aux restos du cœur de St Doulchard : des retraités aux pensions modestes, des personnes isolées, des jeunes sans hébergement. "Parfois, on a le coeur gros" confient certains bénévoles.

Les ressources, la composition de la famille, les bénévoles calculent le reste à vivre une fois déduits le loyer, et d’autres charges comme une éventuelle pension alimentaire à payer ou la mutuelle. Pour une personne seule, les revenus doivent être inférieurs à 667 euros par mois. C'est le cas de Patrick. Ce chauffeur manutentionnaire de 59 ans est au chômage depuis 3 ans. Il vit avec 600 euros par mois et a renoncé à chercher du travail. Patrick est venu pour la première fois avec sa fille. Elle a deux enfants. Ni elle, ni son mari ne travaille. Ce sont donc parfois trois générations qui sont épaulées par les restos du cœur.

Jean-Marie Bonnivin, coresponsable des restos du coeur de St-Doulchard. - Radio France
Jean-Marie Bonnivin, coresponsable des restos du coeur de St-Doulchard. © Radio France - Michel Benoit

Lorsque les familles dépassent légèrement les plafonds, elles peuvent parfois bénéficier d’une aide ponctuelle surtout lorsqu’il y a des enfants. Et pas question de repartir les mains vides… une chaine de magasins a offert des fruits et légumes.

L'entrepôt est encore presque entièrement vide, mais la semaine prochaine, cinquante-deux palettes de denrées doivent arriver du siège de l'association en région parisienne.

Dans le Cher, plus de 4.000 personnes vont compter cet hiver sur les restos du cœur pour se nourrir.