Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

A Cherbourg, 400 personnes marchent en hommage à Guillaume le Dramp et aux victimes des attentats

-
Par , France Bleu Cotentin
Cherbourg-Octeville, France

A Cherbourg, près de 400 personnes ont participé à une marche blanche ce samedi pour rendre hommage aux 130 victimes des attentats de Paris. Une marche qui visait plus particulièrement à saluer la mémoire de Guillaume le Dramp, Cherbourgeois de 33 ans, mort à la terrasse du bar La Belle équipe.

Les proches de Guillaume le Dramp organisaient une marche blanche ce samedi.
Les proches de Guillaume le Dramp organisaient une marche blanche ce samedi. © Radio France - Clémentine Vergnaud

Ils étaient nombreux ce samedi à avoir répondu à l'appel de la famille Le Dramp. Près de 400 personnes ont défilé dans les rues de Cherbourg pour rendre hommage à Guillaume le Dramp et aux 129 autres victimes des attentats de Paris. La marche était organisée par la famille de Guillaume, un Cherbourgeois de 33 ans mort à la terrasse du bar La Belle équipe, rue de Charonne. Guillaume avait grandi à Cherbourg et il travaillait à Paris.

Elus et inconnus dans le cortège

Dans la foule qui est partie de la mairie à 14h30, quelques élus, comme le maire de Cherbourg, Jean-Michel Houllegatte, la députée de la circonscription Geneviève Gosselin-Fleury ou encore le président de la communauté urbaine Benoît Arrivé. Pour lui, il était normal de participer à ce rassemblement : "On est là pour accompagner la famille et la soutenir, comme nous le faisons depuis le début."

Près de 400 personnes ont participé à la marche blanche ce samedi.
Près de 400 personnes ont participé à la marche blanche ce samedi. © Radio France - Clémentine Vergnaud

Certaines connaissances de Guillaume ont aussi tenu à répondre présent à l'appel de sa famille, comme Josette. "Mon fils et Guillaume étaient amis quand ils étaient plus jeunes. Sur le coup, je n'ai pas compris que je le connaissais. Et puis quand j'ai vu les photos, je me suis souvenue... Il est passé plusieurs fois à la maison. C'est horrible, je suis très touchée et mon fils aussi."

Mais certains n'avaient jamais entendu parler de Guillaume le Dramp. Chantal, par exemple, ne le connaissait pas avant que les attentats ne le rendent tristement célèbres. Même sans l'avoir côtoyé, participer à se rassemblement était pour elle un devoir.  "C'était impensable de ne pas venir. Même par temps de pluie. C'était important pour moi de montrer ma solidarité avec sa famille et toutes les victimes, les blessés et leurs familles", détaille-t-elle.

"Une autre forme de mobilisation, plus concrète"

Pourtant ce samedi, on était bien loin des 25 000 personnes qui avaient marché en janvier pour la liberté d'expression, après les attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher. Un décalage qui s'explique par la nature des attaques selon le président de la communauté urbaine, Benoît Arrivé. "Avec Charlie Hebdo, on attaquait un symbole, et les réactions ont donc été symboliques. Avec les attentats du 13 novembre, c'est la France qui est attaquée, les réactions sont donc plus concrètes."

Marche blanche pour web

Choix de la station

À venir dansDanssecondess