Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Cherbourg : mobilisation des surveillants pénitentiaires

-
Par , France Bleu Cotentin

Les surveillants de prison mobilisés ce jeudi 15 novembre 2018 devant la maison d'arrêt de Cherbourg dès 6h45. Ils dénoncent les sanctions disciplinaires prises après le mouvement de janvier dernier

Les surveillants pénitentiaires se mobilisent devant la maison d'arrêt de Cherbourg
Les surveillants pénitentiaires se mobilisent devant la maison d'arrêt de Cherbourg © Radio France - Jacqueline FARDEL

En janvier 2018, l'établissement avait été bloqué pendant plus de 10 jours au cours de l'opération "prison morte" partout en France. Les surveillants s'étaient mobilisés à Cherbourg comme à Coutances par solidarité, après plusieurs agressions au sein de différentes maisons d'arrêt en France. Manière pour eux de dénoncer le manque de moyens et des conditions de travail dégradées. Des agents s'étaient relayés plusieurs jours devant l(établissement pour bloquer les entrées. Des agents qui n'ont en fait pas le droit de faire grève et cette interdiction a été contournée a estimé l'administration, alors que des surveillants s'étaient dans un second temps mis en arrêt de travail. 

des sanctions qui représentent une perte de plus de 400 euros par mois

Il y a d'abord eut quasi immédiatement des sanctions financières puis le mois dernier les sanctions disciplinaires pour 11 agents, la moitié de l'effectif cherbourgeois : 10 jours d'exclusion, dont 5 ferme ce qui représente une perte de près de 400 euros à la fin du mois   "C'est trop" estime le représentant de l'UFAP à Cherbourg, Arnaud Lelevêque."surtout en cette période de fin d'année"

Les syndicats qui ont aussi alerté les élus et veulent distribuer des tracts sur le marché. 

Depuis le mouvement de janvier les conditions se sont un peu améliorées avec un mieux salarial et aussi de meilleures conditions de sécurité pour les grands établissements estime l'UFAP à Cherbourg.

  • Prison
Choix de la station

À venir dansDanssecondess