Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Chevaux mutilés : le numéro vert pour informer les propriétaires est basé à Pompadour

-
Par , France Bleu Limousin, France Bleu

Les propriétaires de chevaux disposent d'un numéro vert d'appels dédié à l'affaire des mutilations. Il a été mis en place le 9 septembre par le ministère de l'Agriculture. Et c'est en Corrèze à Pompadour qu'est basé ce centre d'appels, au sein de l'IFCE.

Entre 2 et 4 agents répondent aux appels des éleveurs du lundi au vendredi de 9h à 17h
Entre 2 et 4 agents répondent aux appels des éleveurs du lundi au vendredi de 9h à 17h © Radio France - Philippe Graziani

Le téléphone reste peu de temps muet. "Nous avons eu au début une centaine d'appels par jour. Maintenant ça représente une trentaine". Muriel Gérard est la responsable du service Accueil et Assistance de l'Institut Français du Cheval et de l'Équitation basé à Pompadour. C'est celui-ci qui depuis le 9 septembre assure le service du numéro vert* mis en place par le ministre de l'Agriculture pour répondre aux inquiétudes des propriétaires de chevaux quant aux nombreuses mutilations dont les équidés sont victimes depuis ces derniers mois. 

On sent que les gens se posent beaucoup de questions" Coralie Buisson

Dans le bureau de l'IFCE elles sont deux ce jour-là à répondre. Elles peuvent être quatre parfois. "La plupart des gens qui appellent ont besoin de renseignements, de se rassurer par rapport à la mise en sécurité de leurs chevaux" précise Muriel Gérard. Certains appellent aussi pour raconter leur expérience, ce qu'ils vivent au quotidien. Mais souvent ils ont besoin tout simplement de parler, et de se rassurer. "On sent que les gens se posent beaucoup de questions" explique Coralie Buisson, l'une des agentes du service. Ils se demandent où en sont les avancées de l'enquête". Un besoin de parler qui se voit dans la durée des appels : 6 minutes en moyenne mais parfois beaucoup plus, avec même près d'une heure une fois.

Le lien avec la gendarmerie

"Notre rôle est de bien relayer les préconisations de la gendarmerie" ajoute Caroline Teyssier, la directrice adjointe de l'IFCE. Qui ajoute "Quand il s'agit de nous signaler qu'ils ont vu quelque chose, ou qu'ils ont subi quelque chose, enfin que leurs chevaux ont subi quelque chose, on réoriente évidemment vers la gendarmerie." Le rôle du centre est aussi de conseiller sur les différents dispositifs de surveillance. 

*0800 738 908

Choix de la station

À venir dansDanssecondess