Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Chevaux mutilés : vers une meilleure protection des animaux en Loire-Atlantique

-
Par , France Bleu Loire Océan

La gendarmerie de Loire-Atlantique et l'Institut Français du cheval et de l'équitation vont travailler ensemble pour lutter contre les actes de cruauté envers les animaux. Un partenariat vient d’être signé. Pourtant, dans notre département, aucun acte n'est avéré pour le moment.

Image d'illustration
Image d'illustration © Radio France - Noémie Guillotin

Du nouveau dans l'affaire des chevaux mutilés. La gendarmerie de Loire-Atlantique et l'Institut Français du cheval et de l'équitation viennent de signer un partenariat. L'objectif est de sécuriser les haras et autres centres équestres.

Un emballement médiatique ? 

En 2020, sur les 500 signalements, les enquêteurs totalisent réellement 82 actes de cruauté sur des animaux d'après l'Institut Français du cheval et de l'équitation (des enquêtes sont encore en cours).

En Loire-Atlantique, sur les cinq faits constatés, quatre ne sont finalement pas liés à des violences volontaires. Une enquête est toujours en cours pour le cinquième. "La médiatisation peut avoir un effet pervers, notamment sur certains individus mais aussi un défaut d'appréhension de certains propriétaires de chevaux. Ils peuvent considérer que tous les chevaux blessés, le sont par les êtres humain, alors que ce n'est pas toujours le cas. Mais il ne faut pas relâcher la pression", raconte l'adjudant Despret, référent sûreté de la gendarmerie de Loire-Atlantique.

Comment protéger mes chevaux ?

Même si les cas sont rares dans notre département, la gendarmerie reste vigilante. Alors pour limiter l'inquiétude des 193 établissements équestres du département, les gendarmes travaillent main dans la main avec les propriétaires d'animaux. Un recensement qu'elle a pu faire grâce au fichier de l'Institut Français du cheval et de l'équitation. 

Les agent de la sûreté écrivent régulièrement aux propriétaires d'animaux et proposent une "auto-évaluation". A l'aide d'un document, l'éleveur peut évaluer le risque dans sa propriété avec une vingtaine de questions comme "le site est-il clos?", "Les animaux sont-ils isolés ?", ou encore "Le site est-il occupé en permanence ?"

Grille d'évaluation des risques
Grille d'évaluation des risques - Gendarmerie Loire-Atlantique

Dans des visites sur site, les gendarmes peuvent également prodiguer des conseils comme celui d'installer des caméras, des spots lumineux à détection de présence ou la marche a suivre en cas de présence humaine inquiétante.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess