Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Chiffre du jour

Chiffre du jour : 24 heures sans Facebook

-
Par , France Bleu Vaucluse

C'est la journée mondiale sans Facebook, neuvième édition du nom. Êtes-vous capable de vous en passer pendant 24 heures seulement ?

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Fabian Sommer

Le chiffre du jour est un défi que vous lance France Bleu Vaucluse : 24 heures sans Facebook, pour la journée mondiale sans le fameux réseau social qui compte plus de deux milliards d'utilisateurs à travers le monde. C'est la neuvième année que cette journée existe, sous forme de désintoxication numérique, quelques semaines après la journée sans portable. Et ça commence maintenant : pas de message privé, pas de partage, pas de like, pas même de connexion. D'après les derniers chiffres fournis par Facebook, les inscrits passent en moyenne 6h30 par mois sur le réseau social. Pour les plus accros, c'est plusieurs heures par jour.   

61% des salariés utilisent Facebook au travail, en réunion 

Nous sommes nombreux à utiliser Facebook même au travail. Et même en réunion : 61% des salariés le reconnaissent d'après une étude récente. D'ailleurs, 75% le concèdent : Facebook nuit à leur concentration. Un utilisateur sur deux va sur Facebook pendant qu'il fait du sport, pendant qu'il cuisine, lors d'une soirée avec des amis, lors d'un dîner de famille.

Certains profiteront peut-être de ces 24 heures de désintoxication pour claquer définitivement la porte de Facebook. Des vagues de départs ont déjà été enregistrées après les révélations du scandale Cambridge Analytica, sur l'exploitation de données de millions d'utilisateurs sans leur consentement. D'autres choisissent de partir pour dénoncer l'omniprésence de la pub, parce que l’algorithme ne leur propose que des contenus qui ne leur correspondent pas ou parce qu'ils veulent retrouver un peu de vie privée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu