Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Chiffre du jour

Chiffre du jour : 3.000 ballons offerts par le Département de Vaucluse aux clubs sportifs

-
Par , France Bleu Vaucluse

Les clubs de sport collectif de Vaucluse viennent de recevoir 3.000 ballons neufs de la part du Conseil départemental. Une aide bienvenue alors que les recettes des clubs sont en chute libre, en raison de la crise sanitaire.

ballons de basket lors de l'entrainement à Avignon (Vaucluse)
ballons de basket lors de l'entrainement à Avignon (Vaucluse) © Radio France - Philippe Paupert

Le Conseil départemental de Vaucluse offre 3.000 ballons, qu'ils soient ronds ou ovales, aux clubs sportifs du département. Des ballons de foot, de volley, de basket, de rugby à 15, de rugby à 13 et de hand. Ça fait rêver non ? Parce que le sport, pour l'instant, c'est dans nos têtes. Le sport collectif est interdit pour les amateurs et c'est parti pour durer. Du sport, il y en a bien à la télé mais sans spectateurs, comme en ce moment le mondial de hand. 

Un coût non-négligeable pour les clubs 

Ce don de ballons coûte 40.000 euros au département. Ils sont distribués à 155 clubs et bénéficieront à plus de 18.000 licenciés, quand la vie sportive reprendra son cours. Cela peut paraître anecdotique mais ces équipements coûtent cher : une cinquantaine d'euros pour un bon ballon de basket, une trentaine pour un ballon de hand, un peu moins pour du foot.

Pour les clubs, sortir cette somme en ce moment est encore plus difficile car les licences sont en chute libre et les recettes annexes inexistantes, comme la buvette du dimanche matin par exemple, sur les terrains de foot. Des sports collectifs que même les enfants ne peuvent plus pratiquer puisqu'ils sont interdits de la maternelle à la fac, jusqu'à nouvel ordre. Les profs dénoncent des règles excessives et décrivent une détérioration de la condition physique de leurs élèves, moins vifs, moins coordonnés, plus gros. Vivement que les clubs rouvrent, que les matchs reprennent et qu'on retrouve tous la forme et la santé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess