Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Chiffre du jour : cinq journées de pollution de l'air aux particules en Vaucluse en 2019

lundi 25 février 2019 à 6:11 Par Philippe Paupert, France Bleu Vaucluse

Cinq journées de pollution de l'air aux particules en Vaucluse depuis le début de l'année. La pollution se concentre autour des axes routiers dans les limites européennes mais au dessus des recommandations de de l’Organisation Mondiale de la Santé.

La pollution de l'air se concentre autour de axes routiers de Vaucluse
La pollution de l'air se concentre autour de axes routiers de Vaucluse - KoS

Vaucluse - France

Le chiffre du jour, c'est 5 comme le nombre de jours de pollution de l'air aux particules depuis le début de l'année 2019. À chaque fois le même scénario se reproduit : le 15 et le 20 février, le niveau d'information est atteint et le lendemain, la carte devient rouge, niveau d'alerte 1 avec abaissement des vitesses de 20 km/h sur la route et recommandations sanitaires.  Les cartes d'Atmo Sud le mettent en évidence. C'est autour des grands axe routiers que la pollution est la plus forte : la vallée du Rhône évidemment avec l’autoroute, ses voitures et tous les moteurs diesel des camions. Il y a aussi les autres axes en direction d'Orange, Cavaillon, Carpentras, le Thor, l'Isle sur la Sorgue.  

Les spécialistes indiquent que les niveaux de particules fines (PM10) respectent les valeurs limites européennes... mais que ces niveaux restent supérieurs aux recommandations de l’OMS (Organisation mondiale de la Santé), principalement dans l’ouest du Vaucluse. Plus de 300 000 personnes résident dans une zone où le seuil OMS est dépassé.

L'an passé, le seuil d'information pour l'ozone a été dépassé à neuf reprises en Vaucluse, essentiellement l'été. Pour le dioxyde d’azote, en 15 ans, les niveau ont baissé de 30 à 40 % en ville et de 10 à 20% à proximité du trafic routier. Là aussi, les transports sont le principal émetteur de dioxyde d’azote en Vaucluse.

Il y a aussi les nuisances olfactives qui polluent notre atmosphère :  135 signalements pour le dernier trimestre 2018, essentiellement pour des mauvaises odeurs. Le centre d'enfouissement d'Entraigues est régulièrement signalé au réseau Atmo Sud. Même chose pour Delta Déchets à Orange. Mais d'autres odeurs suspectes sont régulièrement relevées : cela va des vernis de menuiserie au Thor aux fumées noires à Caromb ou Entrechaux en passant par des vapeurs de goudron à Caderousse.  

Pour surveiller l'atmosphère du Vaucluse, 11 analyseurs sont répartis sur cinq stations pour capter les particules fines, l'ozone et les oxydes d’azote.