Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Chiffre du jour

Chiffre du jour : 400 femmes victimes de violences conjugales en 2019 en Vaucluse

-
Par , France Bleu Vaucluse

Le nombre de femmes victimes de violences conjugales est stable en Vaucluse. L'association Rhéso n'a pas les moyens de recevoir davantage de victimes. Une dizaine d'hommes est aussi victime de violences conjugales.

Manifestation de femmes contre les violences conjugales
Manifestation de femmes contre les violences conjugales © Maxppp - Sadak Souici / Le Pictorium

L'an passé, 400 femmes ont dénoncé les violences conjugales dont elles sont victimes en Vaucluse. Ces 400 femmes se sont rendues dans les permanences de l'association Rhéso à Carpentras, à Avignon et à Orange. Le nombre est stable en Vaucluse, tout simplement parce que cette association n'a pas les moyens d'accueillir davantage de femmes. Rhéso gère le seul accueil permanent de Vaucluse à Carpentras. D'autres femmes souffrent peut-être de violences conjugales seules, sans écoute ni soutien. 

La mécanique de la violence conjugale est connue

Les permanences doivent repérer la spirale de cette violence conjugale : la remarque vexante qui devient de la violence psychologique avant d'en arriver aux coups, puis à l'effet "lune de miel", comme définie par les spécialistes. Le compagnon violent se radoucit, implore parfois le pardon mais la violence conjugale peut recommencer. 

Pour aider ces femmes victimes, il faut croire leur récit, ne pas les juger et surtout ne rien faire contre la volonté de ces femmes qui veulent parfois rester aux côtés de ce compagnon malgré sa violence. Rhéso souligne que les proches peuvent aussi venir à leur permanence pour justement mieux comprendre ou accompagner une victime de violences conjugales. 

Pour signaler une situation de violence, il existe toujours le numéro 39-19. S'il y a urgence, qu'on entend le voisin frapper sa femme, le seul numéro d'urgence, c'est le 17 : celui de la police ou de la gendarmerie selon l'endroit où vous habitez. 

Dernier chiffre : il n'y a pas que des femmes victimes de violences conjugales. Une dizaine d'hommes vient chaque année confier sa douleur à Rhéso.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu