Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Chiffre du jour

Chiffre du jour : jusqu'à 200 masques ramassés chaque jour par deux défenseurs de l'environnement

-
Par , France Bleu Vaucluse, France Bleu

Deux défenseurs de l'environnement ont entamé une marche de Marseille jusqu'à Paris, avec une pause à Avignon, pour ramasser les centaines de masques jetés le long de la route. Ils en ramassent jusqu'à 200 par jour.

Les deux défenseurs de l'environnement en train de ramasser des déchets
Les deux défenseurs de l'environnement en train de ramasser des déchets - Frédéric Munsch

Ils sont partis de Marseille le 1e octobre et ramassent jusqu'à 200 masques jetables par jour, le long de la voie TGV. L'un est anglais (Edmund Platt, fondateur de l'association "Un déchet par jour"), l'autre français (Fréderic Munsch) et tous deux sont défenseurs de l'environnement. Ils ont quitté Marseille, direction Paris, 880 km de marche à pied, avec une pause à Avignon, jusqu'à ce mercredi matin. Ils viennent d'ailleurs de rencontrer des écoliers avignonnais, de l'école la Salle à Avignon. 

Un masque met 450 ans à se décomposer 

Leurs sacs poubelles se remplissent bien trop vite. Ils ramassent 200 masques par jour environ dans les zones urbaines et entre 60 et 120 dans les zones moins peuplées. C'est sans compter tout le reste, notamment les dizaines de mégots qu'ils ont collectés en passant par Cavaillon. Les deux marcheurs aimeraient recycler tous ces masques. Une seule entreprise est capable de le faire en France : elle s'appelle Plaxtil, située dans la Vienne.   

On le rappelle, ces masques sont très polluants, puisqu'ils ne sont pas biodégradables. Un masque jeté dans la nature met 450 ans à se décomposer. Ces masques s'envolent très facilement et les Français son assez sales, il faut bien le dire, et manquent de civisme. Résultat, d'après des chiffres de l'ONU, 75% de ces masques risquent de se retrouver dans le meilleur des cas dans des décharges (ou ils seront soit enfouis, soit incinérés) soit dans la mer. Conclusion, c'est bien simple, un bon déchet, c'est un déchet qui n'existe pas.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess