Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Chiffre du jour

Chiffre du jour : trois heures de votre temps par mois pour travailler dans un supermarché coopératif à Avignon

-
Par , France Bleu Vaucluse

Marre des grandes surfaces ? Et si vous participiez au fonctionnement d'un supermarché coopératif ? À Avignon, le projet Gem la Coop progresse tout doucement. Pour pouvoir y être client, il faudra y travailler trois heures par mois.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Radio France - Romain Berchet

Avignon, France

Trois heures de votre temps à donner tous les mois pour travailler dans votre supermarché : c'est le principe de Gem la Coop, ce projet de supermarché coopératif à Avignon, dont le lieu reste à définir. Pour que le projet soit lancé, il faut qu'il rassemble 1500 adhérents. Or, aujourd'hui, nous n'en sommes qu'à 600. 

Pour devenir coopérateur et donc pouvoir se ravitailler dans ce supermarché, il faut investir minimum 100 euros et s'engager donc à y travailler trois heures par mois : pour la réception des produits, leurs mise en rayon, l'entretien, la caisse, etc. "Pourquoi aurais-je envie de travailler pour faire mes courses", vous demandez-vous probablement. Parce que vous en avez peut-être marre de faire vos courses en grande surface. 

Surtout des produits locaux 

Ici, pas de caisse automatique. Pas d'avocats venus d'Afrique du Sud. Pas de pâte à tartiner à l'huile de palme. Pas de marges énormes sur le dos des producteurs. C'est même tout le contraire. Gem la Coop veut respecter un cahier des charges vertueux : des produits locaux, équitables, bio dans la mesure du possible, à des prix qui permettent de rémunérer correctement les agriculteurs, dans un supermarché à but non lucratif, sans course insensée au profit. 

Les porteurs de projet veulent aussi en faire un lieu de réflexion : comment nourrir l'humanité en respectant l'environnement ? Comment réduire les inégalités face à l'alimentation ? Si votre curiosité est piquée, vous retrouvez tous leurs lieux de rendez vous sur leur page Facebook "Les amis de Gem la Coop".

Choix de la station

France Bleu