Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société
Dossier : Chiffre du jour

Chiffre du jour : une vingtaine de communes dans le périmètre de sécurité de la centrale du Tricastin

-
Par , France Bleu Vaucluse

Le périmètre de sécurité autour de la centrale du Tricastin a été élargi en septembre. Désormais, une vingtaine de communes sont impliquées. Les habitants ont reçu des bons pour obtenir des comprimés d'iode en pharmacie. Une simulation d'accident a lieu pendant deux jours.

Centrale nucléaire dans la Drôme.
Centrale nucléaire dans la Drôme. © Radio France - Victor Vasseur

Département Vaucluse, France

Une vingtaine de communes vauclusiennes sont situées dans un rayon de 20 kilomètres autour de la centrale du Tricastin. Si vous y vivez, vous avez reçu un bon de retrait en septembre pour obtenir des comprimés d'iode en pharmacie, en cas d'accident nucléaire. Le périmètre de protection a été élargi, de 10 km autour de la centrale, il est passé à 20 et implique donc désormais des communes comme Orange, Uchaux, Piolenc, Bollène ou Mondragon. 

Simulation de catastrophe nucléaire au Tricastin 

Ces mardi et mercredi a lieu un exercice national dans la centrale nucléaire. Une simulation de catastrophe pour tester le dispositif de crise, sur un scénario tenu secret. Un tas d'acteurs sont impliqués dans cet entraînement : la sécurité civile, l'autorité de sûreté nucléaire, les préfectures et la Défense.  

Désormais, on compte plus de 208.000 habitants dans le périmètre de sécurité, à cheval sur la Drôme, le Vaucluse et le Gard, concernés par l'alerte en cas d'accident nucléaire. Il faut alors avaler la pastille d'iode, lorsque la préfecture le demande. Son principe est simple. Elle sature la glande thyroïdienne, très concrètement pour empêcher l'iode radioactive de se fixer dessus, ce qui doit prévenir le développement de cancers. Les comprimés d'iode sont gratuits et valables sept ans. 

Choix de la station

France Bleu