Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Chilleurs-aux-Bois : le village rend hommage aux six maquisards fusillés le 13 août 1944

-
Par , France Bleu Orléans

Il y a 75 ans, le matin du 13 août 1944, les Allemands attaquent le maquis de Chilleurs-aux-Bois, en pleine forêt, en représailles à une embuscade menée la veille par les maquisards. Six d'entre eux vont être fusillés.

La stèle sur laquelle sont gravés les noms des maquisards, fusillés le 13 août 1944 par les Allemands, au lieu-dit les Châtaigniers près de Chilleurs-aux-Bois.
La stèle sur laquelle sont gravés les noms des maquisards, fusillés le 13 août 1944 par les Allemands, au lieu-dit les Châtaigniers près de Chilleurs-aux-Bois. © Radio France - Bernard Valéry

Chilleurs-aux-Bois, France

Le 13 août 1944, il est encore très tôt lorsque les maquisards de Chilleurs-aux-Bois, ce petit village près de Pithiviers, sont réveillés par une attaque : ce sont les Allemands, plus de 300 soldats, armés jusqu'aux dents, qui viennent riposter à une attaque menée la veille. 

Un massacre en riposte à une embuscade

À la demande du capitaine Roger Giry, alors chef de plusieurs groupes de résistance en forêt d'Orléans, les maquisards de Chilleurs, pour la plupart de jeunes habitants du village partis se cacher en forêt pour échapper au STO (le service du travail obligatoire), une embuscade est organisée le 12 août : lourdement armés, et dissimulés dans une partie des bois que les locaux connaissent par cœur, les maquisards attendent une voiture de soldats allemands qui, selon leurs informations, doit passer par là. C'est le cas, en début d'après-midi : les maquisards font feu, le conducteur et les passagers sont tués.

42 soldats allemands tués, six maquisards fusillés

Sauf que ce véhicule est en réalité le premier d'un important cortège : les maquisards continuent de tirer contre les bus qui arrivent, remplis de soldats allemands. Ils réussissent à en abattre 42, avant de prendre la fuite. C'est en riposte à cette attaque, et aidés par certains habitants de Pithiviers (qui selon la rumeur leur révèlent l'existence du maquis de Chilleurs-aux-Bois), que les Allemands vont se venger, dès le lendemain matin. Nous sommes le 13 août 1944.

Lors de cette attaque, les maquisards vont tenter de riposter, mais pris par surprise, et en infériorité numérique, ils décident très vite de prendre la fuite. Six d'entre eux n'ont pas le temps de s'échapper : ils sont faits prisonniers, attachés aux arbres dans la clairière des Châtaigniers, et fusillés. 

C'est au milieu de la forêt, devant cette stèle qu'aura lieu la cérémonie de commémoration des 75 ans du massacre des maquisards de Chilleurs-aux-Bois par les Allemands. - Radio France
C'est au milieu de la forêt, devant cette stèle qu'aura lieu la cérémonie de commémoration des 75 ans du massacre des maquisards de Chilleurs-aux-Bois par les Allemands. © Radio France - Bernard Valéry

Bernard Valéry, 15 ans à l'époque

Celui qui peut raconter encore aujourd'hui cette histoire, c'est Bernard Valéry, véritable mémoire vivante de Pithiviers. En 1944, il a 15 ans. Il connait la plupart des maquisards de Chilleurs-aux-Bois : il est allé à l'école avec eux.

Ce sont des gens très courageux, mais sans formation militaire

Aujourd'hui âgé de 90 ans, Bernard Valéry, photographe comme son père avant lui, a conservé toutes les photos de cette époque. Des centaines de clichés entreposés chez lui, qu'il publie dans les livres qu'il écrit. Pour le souvenir.

J'ai raté plusieurs commémorations, car je ne peux plus conduire. Mais cette année, un ami m'a dit qu'il allait à Chilleurs, pour la cérémonie. Il n'a pas eu besoin de me demander deux fois si je voulais l'accompagner !