Société

Choqué par les attentats, un couple de Bretons s'est engagé dans la réserve militaire

Par Brigitte Hug, France Bleu Armorique et France Bleu vendredi 13 octobre 2017 à 6:47

La réserve opérationnelle pour elle,  la réserve citoyenne pour lui
La réserve opérationnelle pour elle, la réserve citoyenne pour lui © Radio France - Brigitte Hug

Ce vendredi est la journée nationale des réservistes. Elle met à l'honneur des citoyens qui, comme Alexis et Jennifer, se sont engagés dans la réserve militaire. Ce couple de trentenaires bretons, parents de deux jeunes enfants, était soucieux de se rendre utile après les attentats de 2015.

Elle est professeure des écoles. Il est directeur des services dans une mairie. Ce couple de Saint-Jean-la-Poterie, près de Redon, s'est engagé dans la réserve militaire. Opérationnelle pour Jennifer. Citoyenne pour Alexis. Les attentats de Paris, en 2015, ont été le déclencheur. "On se retrouve les bras ballants devant notre télé à regarder les images en boucle et on se dit qu'est-ce qu'on peut faire pour éviter çà!", explique Alexis. C'est Jennifer qui a franchi le pas la première. Il y a un peu plus d'un an, elle a contacté le Centre d'Information et de Recrutement des Forces Armées. Et en deux mois, elle a intégré la réserve opérationnelle. L' institutrice n'a pas choisi la facilité. Elle a dû se former: entrainement sportif, combat, maniement des armes, dont le fameux fusil d'assaut FAMAS.

Jennifer: "On apprend les fondamentaux du soldat..."

Une formation nécessaire car Jennifer doit être capable de partir sur une mission Sentinelle n'importe où en France. Jusqu'à présent, elle a effectué des gardes au 11e RAMa (régiment d'artillerie de marine) de Saint-Aubin-du-Cormier. "C'était un défi personnel. Je me demandais si je serais capable de le faire. C'était aussi une fierté de pouvoir m'engager de cette façon, physiquement, de me dépasser.".

Alexis, lui, a fait le choix de la réserve citoyenne. Pas d'uniforme, pas d'arme. Mais l'envie de servir aussi. Habitué à travailler avec des élus, cela lui paraissait normal. Il travaille ainsi, avec d'autres réservistes de Redon, à la création d'un passeport du civisme. "Il permettrait aux enseignants d'aborder avec leurs élèves différents aspects de la citoyenneté.".

Ça prend de la place dans notre placard. Plus sérieusement, ça prend du temps!

Alexis a reçu son insigne de réserviste citoyen - Radio France
Alexis a reçu son insigne de réserviste citoyen © Radio France - Brigitte Hug

Jennifer a signé pour une cinquantaine de jours dans l'année. Un engagement exigeant. "Cà prend de la place dans notre placard. Plus sérieusement, ça prend du temps!". La plus grande difficulté pour le couple est de concilier cet engagement avec sa vie familiale, la garde des deux enfants en particulier. L'e garçon de dix ans est très fier de sa maman. "Quand Jennifer prépare le soir son paquetage (de trente kilos), il l'interroge, s'intéresse et se montre content.".