Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Tour de France : Prudhomme sur le contre-la-montre entre St-Pée et Espelette, "mieux que ce que j'imaginais"

vendredi 27 octobre 2017 à 19:28 Par Romain Dézèque, France Bleu Pays Basque

Le patron du Tour de France a parcouru les 31 kms du contre-la-montre entre St-Pée-sur-Nivelle et Espelette, qui sera la 20ème étape de la prochaine Grande boucle. Un parcours qui a même surpris Christian Prudhomme par sa difficulté.

Le départ de l'étape sera donné du fronton de St-Pée
Le départ de l'étape sera donné du fronton de St-Pée © Radio France - Romain Dézèque

Saint-Pée-sur-Nivelle, France

On connaît désormais le parcours complet du contre-la-montre (clm) de la 20ème étape du prochain Tour de France entre St-Pée-sur-Nivelle et Espelette, qui se disputera la veille de l'arrivée sur les Champs-Élysées. Le patron du Tour, Christian Prudhomme, a reconnu, en bus, le profil de la course vendredi. Un profil "très exigeant" qui passera notamment par Souraïde.

C'est encore mieux que ce que j'imaginais". — Christian Prudhomme, directeur du Tour

Pour faire simple : il n'y aura que "700 mètres de plat juste avant l'arrivée à Espelette" a commenté le coureur d'Hasparren Romain Sicard, présent lors de cette reconnaissance. Le reste du parcours, "c'est un toboggan géant" complète Christian Prudhomme. "Ça monte, ça descend sans cesse..." Et c'est ouvert au vent, notamment sur la route des Cimes qui longe en partie les champs de piment.

"C'est encore mieux que ce que j'imaginais" avoue le patron du Tour, "c'est un parcours magnifique, exigeant, avec des changements de rythmes incessants. Il y a ce qu'on est venu chercher ici, c'est à dire des pentes très raides, des virages très techniques en descente. Il faudra reconnaître une fois, deux fois, trois fois, dix fois peut-être pour les favoris. Il y aura une prise de risques pour eux s'ils veulent s'imposer. On voulait montrer la beauté du paysage. Le décor est formidable, vraiment. On voulait montrer la beauté des maisons. Et on voulait montrer, aussi, des routes exigeantes. On a tout ça. Donc on a vraiment tout pour la dernière grande bagarre du Tour de France 2018. Ça fait saliver quoi ! Ça donne envie d'y être !"

Ce qui a surtout impressionné les élus et la direction du Tour, c'est le col de Pinodieta situé en fin de parcours près de Souraïde. Une montée d'environ 2 kms, de 6,8 % en moyenne avec des "passages qui atteignent les 20%" précise Romain Sicard. De quoi faire saliver les fans de vélo, impatients de voir s'affronter, à la veille de l'arrivée à Paris, les Froome, Dumoulin, Bardet et autres.

Romain Sicard : "Pas un mètre de plat, on alterne tous les pourcentages... ce sera très difficile"