Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Christophe Castaner en Seine-et-Marne : "La décision des 80 km/h a été courageuse"

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Le ministre de l'Intérieur s'est rendu ce jeudi matin à la gare de péage de Fleury-en-Bière, en Seine-et-Marne. Christophe Castaner a rappelé son attachement aux 80 km/h sur les routes départementales alors que la mortalité routière a baissé cette année dans le département.

Christophe Castaner s'est rendu à la gare de péage de Fleury-en-Bière ce jeudi.
Christophe Castaner s'est rendu à la gare de péage de Fleury-en-Bière ce jeudi. © Radio France - Willy Moreau

Christophe Castaner s'est rendu jeudi matin à la gare de péage de Fleury-en-Bière, en Seine-et-Marne. Alors que la loi orientation des mobilités, promulguée et publiée au Journal Officiel, acte un retour possible aux 90 km/h sur les routes départementales, le ministre de l'Intérieur a rappelé son attachement à une baisse de la vitesse. 

Le jour où on constatera qu'augmenter la vitesse sur les routes, augmente la nombre de morts sur la route, chacun devra se regarder devant sa glace - Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur

Les chiffres de la sécurité routière en zone gendarmerie, dans le département de la Seine-et-Marne, sont bons cette année. Selon les résultats présentés ce jeudi matin à Christophe Castaner, 23 personnes sont mortes sur les routes, le taux le plus faible de ces cinq dernières années. 

Le ministre de l'Intérieur y voit les conséquences du passage de 90 à 80 km/h sur les routes départementales bidirectionnelles, "même si les résultats peuvent être faussés par les destructions de radars". Une position que ne partagerait peut-être pas le président du département, Patrick Septiers, qui avait milité ardemment pour un retour aux 90 sur certaines routes départementales. Il avait listé près de 500 km de voies où la vitesse était susceptible d'augmenter. 

Le ministre de l'Intérieur, lui, appelle à la responsabilité des élus : "Le jour où on constatera qu'augmenter la vitesse sur les routes, ça augmente le nombre de morts sur les routes, chacun devra se regarder devant sa glace"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu