Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Cinq cents manifestants dans les rues de Bordeaux contre "le F-Haine"

-
Par France Bleu Gironde

Quatre jours après la victoire du Front national aux élections européennes, des manifestations avaient lieu ce jeudi matin dans toutes les grandes villes de France, suite à un appel lancé sur Facebook par un lycéen marseillais. À Bordeaux, le cortège a rassemblé environ 500 personnes.

Sit-in place Pey-Berland, à Bordeaux, après la manifestation
Sit-in place Pey-Berland, à Bordeaux, après la manifestation © Radio France

Quelques milliers de jeunes ont manifesté ce jeudi après-midi dans les plus grandes villes de France, répondant à un appel à la mobilisation lancée sur Facebook par Lucas, un lycéen marseillais. À Bordeaux, environ 500 étudiants ont défilé entre la Place de la Victoire et la Place Pey-Berland, aux cris de "France réveille-toi" ou de "Péril FN en la Demeure", quatre jours après la victoire historique du parti de Marine Le Pen aux élections européennes en France.

Dans le cortège se trouvaient beaucoup d'étudiants et de lycéens.

"Ça me fait mal qu'il y a 25 % de gens qui ont voté pour le Front national, et c'est un cas relativement unique en Europe." — Mathieu, 24 ans.

Quelques séniors sont venus eux aussi participer au défilé, comme cette retraitée venue spécialement du Bassin d'Arcachon.

"La démocratie est en danger, tout le monde est concerné, jeunes ou moins jeunes." — Marcelle, 72 ans

Les manifestants assis place Pey-Berland, à Bordeaux
Les manifestants assis place Pey-Berland, à Bordeaux © Radio France

Coline est étudiante à Bordeaux, et membre de l'UNEF. Une réaction des jeunes s'imposait après le résultat de ces élections.mais selon elle, le gouvernement a aussi sa part de responsabilité, et il doit à présent réagir plus fermement.

"J'espère qu'à présent, il y aura un électrochoc"

Les slogans ressemblaient à ceux entendus lors des manifestations qui avaient suivi le 21 avril 2002, lorsque Jean-Marie Le Pen était parvenu au second tour de l'élection présidentielle, mais la mobilisation était bien moindre. Le syndicat étudiant Unef, les organisations lycéennes UNL et Fidl, mais aussi les mouvements de jeunesse socialiste, communiste et écologiste avaient appelé à ces manifestations.

 

Les manifestants sur la place Pey-Berland, à Bordeaux
Les manifestants sur la place Pey-Berland, à Bordeaux © Radio France

"je ne peux pas admettre que le FN soit le premier parti de France"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess