Société

Cinq communes d'Indre et Loire rejettent les nouveaux rythmes scolaires

Par Fanny Bouvard, France Bleu Touraine dimanche 1 juin 2014 à 13:39

Entrée d'école

Truyes, Druye, Savonnières, Villandry et Saint Pierre des Corps. Cinq communes tourangelles affirment ne pas vouloir appliquer la semaine de 4 jours et demi en septembre prochain.

La fronde gagne du terrain contre l'application de la réforme des rythmes scolaires en Indre et Loire. Cinq communes refusent aujourd'hui le passage à la semaine de quatre jours et demi. Truyes, Druye, Savonnière, Villandry et Saint Pierre des Corps ont voté à nouveau des emplois du temps de seulement quatre jours d'école.

"Nous demandons un délais suplémentaire pour mettre la réforme en place correctement." Stéphane de Colbert, élu de Truyes.

Dans les quatre villages de la Communauté de communes du Val de l'Indre (Truyes, Druye, Savonnières et Villandry), les élus ne critiquent pas la réforme en elle-même , ni le passage à cinq matinées travaillées par semaine. En revanche, ils jugent les délais d'application trop courts et les financements insuffisants . " Ca n'est pas une résistance, c'est une demande de report, explique Stéphane de Colbert, à Truyes. On sera peut-être hors la loi mais on souhaite discuter."

"Il nous faut plus de temps", Stéphane de Colbert.

"C'est un coût insupportable, plus 4% sur les impôts." Marie-France Beaufils, sénatrice-maire de Saint-Pierre-des-Corps.

A Saint-Pierre-des-Corps, la sénatrice-maire communiste Marie-France Beaufils dénonce un manque de moyens. Selon elle, cela coûterait 422 000 euros à la ville, contre seulement 156 000 euros d'aide de l'Etat et de la Caisse d'Allocations Familiales.

"On ne peut pas s'engager, si nous n'avons pas de moyens suffisants." Marie-France Beaufils.

Marie-France Beaufils sera reçue jeudi au Ministère de l'Education pour expliquer sa position et essayer de convaincre le Ministère d'apporter une rallonge supplémentaire.