Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Cinq Montpelliérains créent leur coopérative de livraison de repas à vélo

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Hérault

Dégoûtés de leurs conditions de travail chez la plateforme Deliveroo, cinq jeunes ont créé leur propre coopérative de livraison de repas à vélo, à Montpellier.

Cinq copains livrent des repas à domicile avec leur propre coopérative.
Cinq copains livrent des repas à domicile avec leur propre coopérative. © Radio France - Valentin Jamin

Montpellier, France

Depuis le 1er mai, cinq jeunes livrent des repas au domicile de leurs clients via la coopérative qu’ils ont créée : les Coursiers montpelliérains. Ils ont choisi de créer ce projet lorsque, tout récemment, les prix planchers par commande sur Deliveroo ont de nouveau baissé. Une énième illustration des mauvaises conditions de travail, selon eux. "Ils sont passés d’à peu près 5 euros à 4,20 euros, regrette Paul, un des cinq coursiers. Maintenant les livreurs sont souvent en scooters, ils négligent la propreté, ils négligent le fait que la commande doit arriver intacte…"

1.000 euros pour fournir des tablettes aux restaurants

Ces cinq copains ont rassemblé 1.000 euros de leur poche pour créer leur coopérative. "Le plus cher a été de fournir des tablettes pour que nos établissements partenaires reçoivent les commandes", détaille Paul. Le restaurant Koffe Choc en fait partie. "C’est totalement dans la démarche de ce qu’on fait : du fait-maison, de faire travailler les artisans, de faire travailler des jeunes qui sont à leur propre compte", explique Simon, le gérant.

Sur chaque commande, les coursiers Montpelliérains prennent 30% du prix. Pour le moment, ils continuent de travailler avec Deliveroo, car leur coopérative ne leur permet pas de dégager un revenu suffisant. Mais ils souhaitent, à terme, ne livrer que pour leur organisation.