Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Cité Maurice Thorez à Bègles : les familles albanaises à la porte des appartements squattés

jeudi 27 décembre 2018 à 19:33 - Mis à jour le vendredi 28 décembre 2018 à 14:40 Par Camille Huppenoire, France Bleu Gironde

L'installation de portes renforcées avec digicodes et badges complique l'entrée et la sortie des familles albanaises en situation irrégulière, qui occupent des logements désaffectés de la cité Maurice Thorez.

Dominique Belougne (d.) s'est fait le porte-parole des familles albanaises de la cité Maurice Thorez.
Dominique Belougne (d.) s'est fait le porte-parole des familles albanaises de la cité Maurice Thorez. © Radio France - Camille Huppenoire

Bègles, France

Les familles albanaises en situation irrégulière de la cité Maurice Thorez occupent des logements laissés vides par le bailleur social Vilogia. Elles ont déjà été privées, il y a deux mois, d'électricité...et d'eau, pour certaines. L'électricité a rapidement été remise, et l'eau, dans un appartement en particulier, devrait prochainement revenir, assure Vilogia. Mais à présent, ce sont les digicodes installés sur un immeuble, la tour H, qui préoccupent la famille albanaise de trois personnes, un couple et son enfant de 8 ans, qui y vit. Plusieurs fois, ils ont dû patienter des heures avant de pouvoir entrer. Le système de digicode va bientôt s'étendre aux autres tours.

Elle a attendu près de 10 heures...

Dominique Belougne, qui habite aussi la cité Maurice Thorez, suit de près la situation de ces familles albanaises et tente depuis des mois de la faire régulariser. Sans régularisation, pas de bail pour ces familles. Elles n'ont donc pas de contrat pour ces appartements. Et sans contrat, pas de délivrance de badge ou de code pour entrer. Dominique Belougne raconte que la jeune mère de famille de la tour H a "attendu près de 10 heures", le jour où les portes à digicodes ont été installées, pour pouvoir rentrer "chez elle, enfin ce que j'appelle un refuge...il n'y a même pas d'eau" soupire Dominique Belougne. 

Le bailleur social assurera un accès, mais ne peut faire plus sans régularisation des situations

Vilogia assure avoir pris la mesure de l'urgence. Même sans contrat, le bailleur social assurera un accès pour les familles albanaises lorsque les portes seront installées sur toutes les tours. Pour l'immeuble H, un dysfonctionnement oblige pour le moment à passer par les caves, mais le couple et son enfant pourront rentrer comme les autres habitants lorsque le digicode fonctionnera, confirme Vilogia. Mais cette délivrance de badge se fera en-dehors de tout contrat, puisque ces familles sont en situation irrégulière : le bailleur social ne peut faire davantage sans cadre légal. 

La lente recherche d'une solution à long terme

La voisine de Dominique, dans la tour F, est elle aussi une jeune mère de famille albanaise. Elle dit ne pas s'inquiéter de l'arrivée prochaine du digicode, car "la voisine est très gentille, elle m'aide tout le temps." La solidarité du voisinage, ou la délivrance non-officielle de badges de la part du bailleur, suffiront temporairement à rassurer les familles. Mais pour Dominique, ce n'est pas une solution à long terme : il voudrait que la mairie de Bègles, la préfecture, Vilogia et tous les acteurs du dossier parviennent à un accord, pour une "régularisation, même de manière temporaire."

Dominique Belougne : "S'il n'y a pas un support légal, il n'y aura pas de solution"

Dominique Belougne demande depuis presque deux mois la création d'une table ronde réunissant tous les acteurs du dossier, sous l'égide de la mairie de Bègles. Mais elle tarde à se mettre en place.  Contactée, la municipalité de Bègles n'a pas souhaité réagir, ni donner de délai concernant l'organisation d'une table ronde.  Les familles albanaises ne devraient pas être expulsées cet hiver, mais les logements devraient être rénovés dans le courant de l'année 2019. Toutes les familles risquent donc l'expulsion au printemps.