Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Clairavaux rend hommage aux fusillés de 1944

-
Par , France Bleu Creuse

Chaque année, depuis la fin de la guerre, la commune de Clairavaux, dans le sud-est de la Creuse, rend hommage aux six hommes et une femme tués par les Allemands, les 14 et 15 juillet 1944.

Il y a 78 ans, six hommes et une femmes de Clairavaux étaient tués par les soldats allemands
Il y a 78 ans, six hommes et une femmes de Clairavaux étaient tués par les soldats allemands © Radio France - Lisa Melia

Deux gerbes sont déposées, au son du chant des résistants, diffusé par une petite enceinte reliée à un téléphone portable. Ce 14 juillet 2020, comme tous les 14 juillet, on ne célèbre pas que la fête nationale, à Clairavaux. La commune commémore aussi une journée marquée d'une pierre noire, pour son histoire.

En 1944, ce jour d'été, trois résistants sont abattus par des soldats allemands. Ils avait 17, 27 et 37 ans. Une agricultrice, qui se trouvait dans un champ, est mortellement blessée. Trois autres hommes sont fait prisonniers. Ils seront exécutés le lendemain, le 15 juillet 1944, à Bourg-Lastic. Leurs sept noms figurent désormais sur le monument aux morts devant lequel se tient Jeanne Laudy. "Je m'appelais Jeanne Simonnet à l'époque", précise la dame aujourd'hui âgée de 91 ans. "Nous fanions, quand nous avons vu tous les jeunes d'Aubusson venir sur la route, les uns derrière les autres, sur des motos et dans des voitures. C'est à ce moment que les Allemands qui étaient garés plus bas, sur la route de Clairavaux, en hauteur, ont tiré." Jeanne Laudy tient à assister aux cérémonies, indispensables selon elle pour se rappeler de ce temps-là et de ses dangers quotidiens.

Jeanne Laudy

Dans le cortège, il y a aussi une ancienne résistante. "Alice, et c'est pas les merveilles, croyez-moi !", lance la dame de 94 ans, malicieuse, quand on lui demande son nom. Tout juste âgée de 16 ans, Alice Dorot rejoint le maquis. Elle sera en Corrèze, ne découvrant ce qu'il s'est passé à Clairavaux que lors de son retour, après la guerre. Depuis, elle assiste aux cérémonies et elle intervient dans les collèges et les lycées, pour raconter son passé. "Mes bêtises de la guerre", résume-t-elle avec une modestie que viennent contredire les médailles sur le revers de sa veste bleue.

Alice Dorot, 94 ans
Alice Dorot, 94 ans © Radio France - Lisa Melia

Elle raconte les messages, qu'elle cachait sous les mottes de beurre, dans son panier. Elle raconte aussi comment, alors qu'elle travaillait dans un garage, le secrétaire lui avait dit de verser du sucre dans les réservoirs de trois camions allemands pour les saboter. "Ça faisait glou glou, alors le secrétaire parlait plus fort aux Allemands, pour couvrir le bruit. Les camions se dirigeaient vers l'un des QG de la résistance. Ils ne sont pas allés bien loin, le sucre s'est transformé en caramel dans les réservoirs !"

Alice Dorot

Ces mémoires, Laurence Boyer veillent dessus avec attention. "Notre tranquillité, notre paix, on la doit aussi à celles et ceux qui se sont battus", explique la maire de Clairavaux. "C'est pour ça qu'il est important de poursuivre les commémorations. Nous avons la chance, à Clairavaux, d'avoir encore des témoins de cette époque, mais ils disparaissent au fur et à mesure des années. Aujourd'hui, nous sommes tellement loin de tout ça. C'est étrange de se dire qu'il y a 78 ans, dans ce champs, à quelques pas, il y avait des morts."

Des morts à qui Clairavaux rend donc hommage, chaque année, le 14 juillet, au son de la petite enceinte et du chant des résistants.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess