Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Clermont-Ferrand : 3 000 personnes mobilisées contre la réforme des retraites selon les syndicats

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Selon les syndicats, 3 000 personnes se sont mobilisées une nouvelle fois contre la réforme des retraites à Clermont-Ferrand.Cette fois-ci, l'initiative était originale : l'intersyndicale appelait à "une retraite aux flambeaux".

Les manifestants ont allumé leurs torches à 17h30
Les manifestants ont allumé leurs torches à 17h30 © Radio France - Mickaël Chailloux

Le parcours était légèrement différent que lors des précédentes manifestations cette semaine. L'horaire aussi, ce qui a peut-être boosté les chiffres, car la manifestation est bien partie à 17h30, depuis le carrefour Europe à Chamalières, soit deux heures après la qualification assurée de l'ASM. En tous les cas, près de 3 000 manifestants ont battu le pavé entre le carrefour Europe à Chamalières et la place de Jaude à Clermont-Ferrand. 

Mais cette fois-ci, il ne s'agissait pas d'un simple défilé, avec slogans et banderoles. Les organisations syndicales avaient prévu des torches, à allumer et à brandir dans la nuit. "Ca marque" nous disait Rémi, un salarié d'Enedis venu manifester ce samedi. 

L'âge pivot, "on s'en cogne"

Cette manifestation a eu lieu quelques heures après l'annonce du gouvernement aux partenaires sociaux concernant la suspension de l'âge d'équilibre. Un message a bien été diffusé en début de manifestation. Mais, cela n'a pas fait sourciller les différents protagonistes de la marche. _"__C'est un faux problème"explique Fréderic Canghilem, de la CGT Educ'Action. "Les gens ont fait le calcul, et ça ne va pas rentrer. La chute est vertigineuse que ce soit dans le privé ou le public. C'est 600 à 900 euros en moins"_ rajoute-t-il. 

"On est déjà à un mois de mobilisation, on est plus à un mois près, on est prêt à sacrifier" explique le leader syndical. Son secrétaire départemental Ghislain Dugourd annonce déjà des séances de tractage dès lundi, et une grande manifestation au départ de la place du 1er mai ce mardi. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu