Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Clermont-Ferrand : le 92e Régiment d'Infanterie met ses blessés à l'honneur place de Jaude

samedi 23 juin 2018 à 13:33 Par François Rauzy, France Bleu Pays d'Auvergne

Ce samedi 23 juin marquait la 2ème édition de la "Journée des blessés de l'Armée de Terre". A Clermont-Ferrand, le 92e Régiment d'Infanterie a investi la place de Jaude. L'occasion de rendre hommage à ses blessés de guerre mais aussi de proposer des activités ludiques aux civils.

Des Gaulois du 92e RI et des civils s'initient au tennis en fauteuil place de Jaude
Des Gaulois du 92e RI et des civils s'initient au tennis en fauteuil place de Jaude © Radio France - François Rauzy

Clermont-Ferrand, France

Sous un grand soleil, le 92e Régiment d'Infanterie s'est emparé de la place de Jaude ce samedi matin. Pour cette "journée nationale des blessés de l'Armée de Terre", l'accent était mis sur la reconstruction par le sport. Plusieurs ateliers ont été mis en place, comme du tennis-fauteuil ou du rugby handisport.

Le 92e RI avait convié une tête d'affiche du handisport : Ludovic Lemoine, deux fois médaillé en fleuret aux Jeux Paralympiques : " Peu importe les parcours de vie, que ce soit dans le civil ou dans le militaire, dans le handisport on a tous une trajectoire unique. Mais on a tous cette vocation en commun : repousser nos limites à travers le sport.

Mais les blessures de guerre les plus marquantes ne sont pas toujours physiques, elles sont bien souvent psychologiques.

Julien, victime d'un syndrome de stress post-traumatique

Au retour d'une mission en Afghanistan, Julien, membre du 92e RI, a vécu comme bon nombre de soldats un choc post-traumatique :

C'est un état d'anxiété, de stress permanent. Des nuits difficiles, une grande désocialisation. Et beaucoup de cauchemars. 

Dès son retour, Julien a été pris en charge à Paris par la CABAT (Cellule d'Aide aux Blessés de l'Armée de Terre). Puis par la cellule qui prend en charge les blessés au 92e RI à son retour à Clermont. Aujourd'hui sur le chemin de la guérison, Julien apprend surtout "à vivre avec". Depuis le syndrome, il a été réorienté, il est désormais maintenancier au régiment en tourelles et conduite de tir. L'autre pilier qui lui a permis de tenir le coup dit-il, "c'est la famille", indispensable à sa reconstruction.

Pour nous ça a été très difficile. Quand il est revenu, on a retrouvé un jeune homme qui n'avait plus rien dans le regard. Il avait un regard mort. - Michèle, la mère de Julien

Témoignage de Michèle, la maman de Julien

C'est ensuite tout un travail de mère et de psychologue que Michèle a entrepris. Elle s'est beaucoup documentée, pour pouvoir aider son fils du mieux possible. Le père de Julien l'a initié à la pêche et sa famille lui a "laissé de l'espace" pour se reconstruire. Aujourd'hui, le bonheur de Michèle tient à une chose simple : " Je revois une lumière dans ses yeux, et c'est ça qui est le plus beau. "