Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Clermont-Ferrand : le siège du Bastion Social vandalisé

mercredi 29 août 2018 à 5:44 - Mis à jour le jeudi 30 août 2018 à 4:12 Par François Rauzy, France Bleu Pays d'Auvergne

Le climat était tendu à Clermont-Ferrand depuis l'installation du Bastion social à la mi-juillet. i, la Cara, un groupe d'extrême-gauche a revendiqué le saccage des locaux du mouvement "nationaliste révolutionnaire" dans la nuit de lundi à mardi.

Le local du Bastien Social vandalisé rue de la Treille à Clermont-Ferrand
Le local du Bastien Social vandalisé rue de la Treille à Clermont-Ferrand © Radio France - François Rauzy

Clermont-Ferrand, France

Des dégradations commises dans les locaux du Bastion social à Clermont-Ferrand ont été revendiquées sur les réseaux sociaux par la Cellule antifasciste et révolutionnaire d'Auvergne (Cara) et par l'organisation Jeunes révolutionnaires. Dans la nuit de lundi à mardi, les murs ont été tagués et des objets ont été volés.  

Un texte a été publié sur les réseaux sociaux pour revendiquer l'acte : " La Cellule anifasciste et révolutionnaire d'Auvergne et l'organisation Jeunes révolutionnaires revendiquent le saccage et le pillage du local du Bastion social de Clermont Ferrand, dans la nuit du 27 au 28/08/2018. Face au fascisme rendons coup pour coup ! Développons l'autodéfense populaire !"

Une implantation qui créée des tensions

Bastion social, c'est ce groupe nationaliste d'ultra droite qui avait inauguré son local clermontois rue de la Treille à la mi-juillet, sur fond de manifestation d'opposants. La police n'a reçu aucune plainte pour ces dégradations. Contactés, les membres du Bastion social clermontois n'ont pas souhaité réagir à la mise à sac de leur local. 

L'opposition clermontoise au groupe d'ultra droite s'est en revanche déplacée sur les réseaux sociaux avec échanges d'amabilités sur Twitter entre le maire de Clermont-Ferrand, Olivier Bianchi, et Steven Bissuel, leader du bastion social récemment condamné pour incitation à la haine raciale.