Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Clermont-Ferrand : les associations s'inquiètent du nombre croissant de mineurs isolés à la rue

mercredi 27 juin 2018 à 18:00 Par Olivier Vidal, France Bleu Pays d'Auvergne

Une trentaine de jeune migrants isolés se sont donnés rendez-vous devant les locaux de l'ASE, aide sociale à l'enfance, à Clermont-Ferrand ce mercredi après-midi. Objectif : dénoncer l'exclusion de plus en plus de jeunes étrangers du dispositif d'aides.

Une trentaine de jeunes migrants devant les locaux de l'ASE
Une trentaine de jeunes migrants devant les locaux de l'ASE © Radio France - Olivier Vidal

Clermont-Ferrand, France

Ils étaient une trentaine de jeunes migrants à s'être rassemblés devant la maison de la solidarité et de l'aide sociale, place Michel de l'Hospital à Clermont-Ferrand, ce mercredi en début d'après-midi. Des jeunes africains notamment, encadrés par les associations humanitaires comme la LDH (ligue des droits de l'homme) et RESF (réseau éducation sans frontière). Tous réunis pour dénoncer leur situation, jugée dramatique par ces associations. 

"Depuis quatre ans, le flux de ces jeunes qui arrivent ne cesse de gonfler et notamment sur Clermont.  94 depuis le début de l'année. Et de plus en plus ils sont exclus de l'ASE" témoigne un responsable associatif.

Effectivement depuis ces dernières années de plus en plus de jeunes migrants arrivent sur le territoire. 40% en provenance de Guinée, 20% de Côte d'Ivoire. Seuls les mineurs peuvent prétendre à une prise en charge de la part de l'ASE, aide sociale à l'enfance. Or beaucoup de ces jeunes, qui disent être mineurs, ne sont pas déclarés comme tels par les services de l'ASE et donc sont exclus de la prise en charge.  

50 jeunes migrants exclus de l'ASE depuis le début de l'année 

Selon RESF, une cinquantaines de jeunes ont été expulsés du dispositif ASE depuis le début de l'année. Une situation très compliquée, ces jeunes se retrouvant à la rue, pris en charge par les associations sur des squats et notamment celui appelé le "5 étoiles" à la Pardieu. 

Des migrants avec de nombreuses revendications  - Radio France
Des migrants avec de nombreuses revendications © Radio France - Olivier Vidal

Une situation qui pourrait très vite empirer. Lundi la cour d'appel de Riom doit se prononcer sur la fermeture de ce squat. Une fermeture qui entrainerait une précarité encore plus importante pour ces jeunes étrangers.