Société

Clermont-Ferrand : les squatteurs de la place du 1er mai déplacés derrière Polydôme

Par Eric Le Bihan et Olivier Vidal, France Bleu Pays d'Auvergne jeudi 6 juillet 2017 à 12:55

Les squatteurs du 1er mai ont été déplacés derrière Polydôme
Les squatteurs du 1er mai ont été déplacés derrière Polydôme © Radio France - Olivier Vidal

La vingtaine de migrants serbes et albanais installés sur les pelouses de la place du 1er mai ont été déplacés dans le calme par les forces de l'ordre à la demande de la municipalité de Clermont-Ferrand. En prévision de l'ouverture de "Sable Show" ce samedi.

Sept familles d'origine serbe et albanaise séjournaient depuis une dizaine de jours sur la pelouse de la place du 1er mai. A l'abri des quelques arbres leur apportant un peu d'ombre et un semblant de fraicheur. Personne ou presque n'y avait prêté attention dans l'effervescence du festival Europavox. Depuis, les festivaliers sont partis. Eux sont restés.

Ouverture de Sable Show samedi

Ce jeudi matin, des policiers ont procédé dans le calme à leur évacuation sur ordre de la préfecture du Puy-de-Dôme. Une action qui fait suite à une demande de la municipalité de Clermont-Ferrand. La perspective d'une "cohabitation" de proximité avec la 15e édition de Sable Show (plage urbaine) qui ouvrira ses portes au public samedi prochain n'étant pas des plus réjouissantes pour les organisateurs.

Sans eau, ni électricité

Les migrants ont accepté de retourner derrière le centre des congrès et d'expositions clermontois. Là, derrière une palissade blanche, a été érigé un campement de fortune sans eau, ni électricité. Leur logement ? Une dizaine de tentes distribuées par les associations humanitaires. Arrivés il y a plusieurs mois dans le Puy-de-Dôme, ces familles de migrants ont d'abord pu bénéficier d'un hébergement d'urgence, avant finalement de se retrouver à la rue, faute de places d'accueil suffisantes. Elles ont effectué des demandes de droit d'asile, mais elles ont été déboutées.

Le squat sans eau ni électricté derrière Polydôme - Radio France
Le squat sans eau ni électricté derrière Polydôme © Radio France - Olivier Vidal

Tout le monde est dépassé par le phénomène" Nicole Rouvet, présidente du secours populaire 63

Pour le secours populaire 63, qui a fourni les toiles de tentes aux migrants, la situation est très préoccupante. "Les structures d'accueil sont saturées, et devant une vague migratoire importante ces derniers mois, les associations sont aujourd'hui également dépassées" s'alarme Nicole Rouvet, la présidente du secours populaire Puy-de-Dôme. La responsable de l'association a d'ailleurs écrit à la préfète du Puy-de-Dôme pour lui faire part de son indignation et son inquiétude.