Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Clermont-Ferrand : un collectif colle des affiches dans la ville pour lutter contre les féminicides

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

129 femmes sont mortes sous les coups de leur compagnon ou ex-compagnon cette année. C'est bien plus qu'en 2018. Pour dénoncer ces féminicides, un collectif s'est monté à Clermont-Ferrand comme dans d'autres villes. Des femmes collent des affiches la nuit dans la ville avec des slogans chocs.

Un exemple de collage d'affiche à Clermont-Ferrand
Un exemple de collage d'affiche à Clermont-Ferrand

Clermont-Ferrand, France

"Papa a tué Maman" ou encore "121 féminicides, la tuerie continue"....Les slogans, écrits sur des pages blanches, sont marquants, et ont un seul but : interpeller. Interpeller le plus de personnes possibles à la condition des femmes aujourd'hui en France. Car, les chiffres des violences conjugales ne sont pas bons. Selon le compte Twitter "Féminicides par compagnons ou ex", 129 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint en 2019. 

Un collectif monté en septembre dernier 

Des femmes, de tous horizons, ont donc monté partout en France des collectifs, tous appelés pareil, à savoir "Collages Féminicides". A Clermont-Ferrand, aussi, une jeune femme a monté ce collectif, qui regroupe maintenant beaucoup de personnes qui veulent lutter contre les violences faites aux femmes. Ce collectif, qu'elles veulent "apartisan et indépendant" de toute association, mène ainsi des actions de nuit. Muni de pinceaux et de colles, elles affichent dans les rues de la ville des slogans chocs. 

Si elles se font arrêter, elles risquent jusqu'à 68 euros d'amende.  - Aucun(e)
Si elles se font arrêter, elles risquent jusqu'à 68 euros d'amende.
Coller est un mode plus pratique car "plus visible que le tag" selon elles - Aucun(e)
Coller est un mode plus pratique car "plus visible que le tag" selon elles

Eléonore explique la démarche du collectif

L'exemple de l'Espagne 

Des actions se sont donc déroulées dans la nuit de dimanche à lundi dans plusieurs villes de France comme Paris, Lyon, Marseille, Périgueux ou encore Annecy... A Clermont, les dernières actions datent d'octobre; elles ont été rendues publiques sur la page Facebook et Instagram du "Collectif". Cette méthode est pourtant illégale, "mais on prend le risque" explique Eléonore. 

Les femmes demandent au gouvernement d'agir pour ne plus jamais voir de femmes tuées. Elles citent l'exemple de l'Espagne, qui, selon elles, a pris de nombreuses mesures pour réduire le nombre de féminicides. "Par exemple le bracelet de rapprochement" qui permet à une femme d'être alertée si l'homme qui l'a violentée s'approche d'une zone prédéfinie. "70% des femmes qui ont subi des violences avaient porté plainte" estiment-elles.

Le gouvernement a lancé en septembre son Grenelle sur les violences conjugales. Il doit annoncer des mesures le 25 novembre, qui seront déclinées localement avant cette date.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu