Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

À Clichy-sous-Bois, les Ateliers Médicis présentent leur "été culturel"

-
Par , , France Bleu Paris

Les Ateliers Médicis, lieu de création artistique basé à Clichy-sous-Bois, organisent cet été une centaine de résidences artistiques partout en France, dans le cadre de "l'été culturel" proposé par le gouvernement.

Ateliers Médicis à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis)
Ateliers Médicis à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) © Radio France - Hajera Mohammad

L'été doit être "apprenant" et "culturel", c'est Emmanuel Macron qui l'a dit lui-même, le 6 mai dernier, lors de son discours au monde de la Culture, alors que la quasi-totalité des festivals ont été annulés cet été et que le monde du spectacle est en pause depuis plusieurs mois en raison de l'épidémie de coronavirus. 

20 millions d'euros débloqués par l'État

Le chef de l'État avait appelé tous les professionnels du secteur à se mobiliser. "Utilisons cette période où l'école ne rouvre pas de manière habitude pour faire une révolution de l'accès à la culture et à l'art... Imaginons un été apprenant et culturel", déclarait alors le président de la République. Le ministère de la Culture a débloqué 20 millions d'euros au début du mois pour financer des projets culturels qui vont dans ce sens. 

102 résidences d'artistes

Il a notamment fait appel aux Ateliers Médicis à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) pour organiser le festival"Transat" qui propose des résidences d'artistes dans toute la France dans les lieux et structures pas forcément habitués à en recevoir. "Ça peut être un Ehpad, une maison de jeunesse, un centre de loisirs, une librairie, où pendant trois semaines au moins, les artistes vont travailler seuls mais aussi avec les habitants pour construire quelque chose avec eux", explique Noël Corbin, chargé du projet "été culturel" au ministère de la Culture.

"Des rencontres dans des lieux parfois inédits" - Noël Corbin, chargé du projet "été culturel" au ministère de la Culture

"Une envie de culture"

Cathy Bouvard, la directrice des Ateliers Médicis, reconnaît d'ailleurs, avoir été surprise par les demandes : " On un centre d'accueil de jeunes mineurs, des Ehpad, des structures qui accueillent des personnes handicapées mais aussi des centres de loisirs très classiques". Pour elle, cela prouve une chose : "Il y a une envie de de culture partout dans la société", cet été.

Et ça tombe bien, les artistes ont répondu présent. Ils sont 102 à participer à ces résidences artistiques qui vont durer entre trois et six semaines. Les premières ont démarré lundi. Deli-Charlène, musicienne et danseuse, va partir trois semaines à Rochefort, en Charente-Maritime, pour mener un projet "autour de la parole" avec un public de "jeunes isolés". 

Coup de pouce financier pour les artistes et intermittents

Un contact avec le public qui fait du bien : "Ça m'a trop manqué !", reconnaît cette parisienne. C'est aussi un coup de pouce financier non négligeable alors que les représentations de sa troupe ont été annulées pendant le confinement et certaines prévues cet été, également. "On perd une part des revenus et c'est compliqué quand on a même pas le statut d'intermittent du spectacle", affirme la jeune femme.

Selon la durée de leur résidence et leur projet, les artistes seront rémunérés entre 3.000 et 5.000 euros. Une aide significative pour Sara. Cette jeune libanaise, assistante technique sur les tournages de cinéma et décoratrice, se retrouve bloquée en France, avec l'impossibilité d'aller travailler comme prévu aux Etats-Unis, cet été. "Je devais travailler sur le tournage d'un film en Floride mais je suis coincée ici, alors ce projet de résidence tombe au bon moment". 

"Se sentir vivant"

Mais au-delà de l'aspect financier c'est l'aspect psychologique qui l'emporte. "Ce confinement a remis en question pas mal de chose, sur notre façon de travailler, notre démarche en tant qu'artiste", affirme-t-elle. "On le fait vraiment pour se sentir vivant après cette période-là, et pour notre créativité, notre inspiration, c'est super important". Sara ne sait pas encore quelle résidence l'attend. Peut-être, dans le sud, au bord de la mer, pour mener un projet de vidéo sur le thème de "l'horizon" ? Une inspiration née durant le confinement, assure-t-elle. 

À Clichy-sous-Bois, les Ateliers Médicis présentent leur "été culturel"

"L'été culturel" en Île-de-France 

Au total, 230 événements sont prévus pour "l'été culturel" dans la région. "Tous sont gratuits pour permettre à celles et ceux qui ne partent pas en vacances de voir des activités et de renouer le lien avec l'art et la culture après cette période compliquée", rappelle sur France Bleu Paris Carole Spada, directrice adjointe de la DRAC, la direction des affaires culturelles de la région Île-de-France. "L'idée, c'est d'avoir des actions au plus près des territoires, notamment dans les quartiers de la politique de la Ville, poursuit-elle. Vous avez des concerts, des propositions théâtrales, des visites de patrimoines..." 

Quant aux difficultés actuelles rencontrées par les musées, les galeries et les cinémas, qui peinent à retrouver des visiteurs et spectateurs, Carole Spada mise sur "septembre" pour une reprise. "L'été, généralement, est moins propice au cinéma par exemple. Mais j'espère qu'on aura du public à la rentrée".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess