Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Clisson : les ados désherbent le cimetière pour se faire de l'argent de poche

vendredi 4 mai 2018 à 4:35 Par Pascale Boucherie, France Bleu Loire Océan

A Clisson (44) pendant ces vacances scolaires, des jeunes de 16-17 ans désherbent les cimetières pour se faire de l'argent de poche. Trois demi-journées de travail par semaine. Payées 45 euros. En liquide. Sans contrat de travail. Un dispositif national repris par une poignée de villes seulement.

Avec le dispositif "argent de poche", les 16-17 ans peuvent travailler dans la limite de 20 jours par an, pas plus de cinq jours consécutifs, et pas le dimanche.
Avec le dispositif "argent de poche", les 16-17 ans peuvent travailler dans la limite de 20 jours par an, pas plus de cinq jours consécutifs, et pas le dimanche. © Radio France - Pascale Boucherie

Clisson, France

A Clisson le dispositif "Argent de poche" existe depuis 18 mois et l'élue qui en est à l'origine ne cache pas sa satisfaction. Catherine Cormerais, 1ère adjointe au maire balaie les commentaires négatifs du genre "mais ça prend du travail aux employés municipaux" d'un revers de main.

Y'a des gens qui nous ont dit que ça remplace le travail de quelqu'un. Mais c'est pas ça du tout. C'est une action citoyenne. Les jeunes sont contents. Ils protègent leur commune. C'est gratifiant. C'est leur travail, c'est leur argent" - Catherine Cormerais

Dans cette commune de 6000 habitants du sud Loire, des jeunes de 16-17 ans désherbent les cimetières pour se faire de l'argent de poche pendant ces vacances scolaires. Trois demi-journées de travail par semaine. Payées 45 euros. En liquide. Sans contrat de travail.  Sur le terrain c'est plutôt très bien vécu.

Cinq euro de l'heure

Le premier à être satisfait du dispositif "Argent de poche" c'est Christophe, employé municipal à la voirie. Ce matin, les six jeunes retenus par la mairie de Clisson font bonne figure d'entrée de jeu.  

Ils sont volontaires, ils étaient là en avance ce matin"- Christophe

Les ados participant au dispositif portent un gilet bleu aux couleurs du dispositif. - Radio France
Les ados participant au dispositif portent un gilet bleu aux couleurs du dispositif. © Radio France - Pascale Boucherie.

Un gilet bleu sur le dos, un outil pour désherber dans la main, les ados découvrent dans les allées du cimetière les joies du travail manuel.  

A midi on en a un peu marre, mais ça va on se débrouille"- Thibault  

Cann-Marine n'en est pas à son premier chantier. Elle a aussi servi des repas aux anciens. Elle apprécie le côté travail de groupe. 

On discute, on rencontre des gens, c'est cool" - Cann-Marine

Cinq euros de l'heure, pour plus tard se faire plaisir.

Je vais économiser pour aller peut-être au Hellfest. Et moi pour aller en camping aux Sables d'Olonne" - extraits.

Le dispositif "Argent de poche" a été créé pour se responsabiliser le jeune, lui permettre d'avoir un aperçu du monde du travail et valoriser son travail auprès des adultes. La première adjointe Catherine Cormerais entend bien le reconduire. A Clisson, une fois le cimetière désherbé, il faudra l'été prochain passer un coup de peinture sur la balustrade du terrain de rugby.   

A Clisson les 16-17 ans peuvent travailler dans la limite de 20 jours par an, pas plus de cinq jours consécutifs, et pas le dimanche.

Catherine Cormerais, 1ère adjointe au maire de Clisson. - Radio France
Catherine Cormerais, 1ère adjointe au maire de Clisson. © Radio France - Pascale Boucherie

Le dispositif "Argent de poche" est un dispositif national repris par une poignée de villes seulement. En Loire-Atlantique à La Chevrolière, Geneston, Legé. En Vendée à Saint-Georges-de-Pointindoux et Landeronde (liste non exhaustive).