Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Couvre-feu, pas de pratique intérieure : les clubs de sport sarthois pour les jeunes s'adaptent

-
Par , France Bleu Maine

Plus de sport en intérieur ou après 18 heures : pour les clubs qui entraînent des jeunes, il faut s'adapter depuis mi-janvier. Entre les cours aux horaires chamboulés et ceux carrément supprimés, les licenciés et le staff font le maximum pour limiter la casse.

Certains sports se font maintenant dehors malgré les conditions météo peu optimales
Certains sports se font maintenant dehors malgré les conditions météo peu optimales © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

"On y va mollo, c'est mouillé !" Sur la piste de roller extérieure à l'espace sportif Bollengier-Stragier de Coulaines, l'entraîneure Laure Jamaux doit freiner certains élèves. Avec la pluie, la première chute arrive d'ailleurs vite. "D'habitude, on est en gymnase à cette période, explique-t-elle._La météo, ce n'est pas très cool_, c'est plus difficile pour le cours loisirs enfants." Pas évident non plus pour ceux qui arrivent directement de leur établissement scolaire, alors que les vestiaires sont de nouveau fermés. Certains ont séché la séance, mais la plupart a quand même répondu présent. 

Pour les clubs omnisports comme la JS Coulaines, les nouvelles restrictions sanitaires posent un défi de taille : adapter de nouveau les cours, en comptant sur la compréhension des jeunes et des familles. Les équipes de bénévoles ont, une fois de plus, chambouler toute l'organisation.

Horaires réaménagés

Désormais, le planning des cours doit rentrer au chausse-pied : "là par exemple, _on fait s’entraîner les minimes, les benjamins et les cadets sur le même créneau_, lance un des coachs d'athlétisme, Jean-François Chrétien. Heureusement qu'on a la chance d'avoir de grands espaces." Certains cours qui se déroulent d'ordinaire en fin de journée ont été avancés ou décalés au week-end : désormais, ça s’enchaîne les samedis et dimanches.

Impossible cependant de tout réorganiser : "il y a des catégories qui ont une voire deux séances en moins par semaine, reconnait Lionel Blondeau, président du club de foot de la JS Coulaines. On n'a pas pu tout décaler. Et certains lycéens notamment ont cours le mercredi après-midi ou ont des activités artistiques à côté. Ils ne peuvent venir que le week-end maintenant." "Ma fille fait du roller et la séance du mardi est annulée, confirme Joachim, un papa. Un cours a été décalé au dimanche matin... Le sport avant tout !"

Plusieurs groupes de jeunes s'entrainent en même temps sur la piste d'athlétisme
Plusieurs groupes de jeunes s'entrainent en même temps sur la piste d'athlétisme © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Faire une croix sur certaines disciplines

"Ça demande une réorganisation, mais c'est déjà bien que les enfants puissent continuer leur sport", souffle Stéphanie, qui attend sa fille. Certains n'ont en effet pas cette chance : "les parents sont quand même contents qu'on maintiennent, surtout que pour d'autres sports , il n'y a plus rien, lance le coach de football. Le basket, le tennis de table, pratiquement toutes les autres sections quoi !"

Des activités en extérieur ont été proposés à ceux privés de leurs disciplines. D'autres cours passent aussi en visio, "mais c'est moins drôle et moins entraînant que d'être dans la salle avec les copines", lance une maman. "Et ce n'est applicable pour tout, nuance Jean-François Chrétien. On ne peut pas mettre un panier de basket par visio !"

Les différentes sections de la JS Coulaines font le dos rond, en sachant que les règles pourraient encore changer prochainement avec un éventuel reconfinement. "La question, conclut Lionel Blondeau, c'est de savoir si les jeunes reviendront quand on pourra enfin reprendre normalement."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess