Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

CMN : une délégation saoudienne attendue ce mercredi à Cherbourg

Le chantier naval cherbourgeois des Constructions navales de Normandie (CMN) doit livrer ce mercredi matin un premier intercepteur à l'Arabie saoudite. Trente-neuf doivent être construits pour le royaume du Golfe, dont 21 à Cherbourg. Un contrat de 600 millions de dollars.

Le premier intercepteur doit être lancé ce mercredi matin à Cherbourg, en présence de membres de l'Etat-major saoudien
Le premier intercepteur doit être lancé ce mercredi matin à Cherbourg, en présence de membres de l'Etat-major saoudien © Radio France - Maelle Robert

Cherbourg, France

Une délégation saoudienne est attendue ce mercredi matin à Cherbourg. Des membres de l'état-major et quelques élus locaux sont invités, à l'occasion de la livraison de deux navires, deux intercepteurs HSI, au royaume du Golfe. Un bateau très rapide qui a été déplacé lundi des ateliers cherbourgeois vers sa cale de mise à l'eau, à quelques dizaines de mètres de là. La cérémonie doit se dérouler en catimini : si des journalistes saoudiens sont annoncés, la presse française elle n'est pas conviée.

Ce sont les premiers nés d'un contrat historique pour le site cherbourgeois. Un contrat de 600 millions de dollars (soit un peu plus de 537 millions d'euros) qui a été conclu en 2018, après de longues années de négociations. Localement, à Cherbourg, c'est un carnet de commande qui s’étoffe pour le chantier naval. "Il y a trois à quatre ans de plan de charge garantis", assurait l'ancien patron des CMN, Pierre Balmer, fin juin, au moment de passer la main à la tête du chantier naval. 

39 intercepteurs, dont 21 construits dans la Manche

La conséquence directe, c'est que le nombre de salariés devrait augmenter au fil des ans : 400 personnes travaillent sur le site de Cherbourg.  Après des années de difficultés, "avoir un chantier naval qui va bien, c'est une chance", explique de son côté le maire de Cherbourg-en-Cotentin. Selon Benoit Arrivé, c'est le symbole du "renouveau, du développement industriel et du savoir-faire" de la capitale du Cotentin.  

Concrètement, ce contrat porte sur la vente de 39 intercepteurs HSI : des patrouilleurs de 32 mètres de long, qui peuvent atteindre 92 km/h, et donc conçus pour intercepter des cibles à grande vitesse, notamment dans la lutte anti-terroriste. Sur les 39, 21 navires doivent être construits à Cherbourg. Les 18 autres le seront sur un chantier naval en Arabie saoudite.

En neuf ans, la France a vendu pour 11 milliards d'euros d'armes et de matériel militaire à l'Arabie saoudite. Des ventes critiquées par de nombreuses ONG car le royaume saoudien est engagé depuis l'été 2014 dans une guerre au Yémen. Un conflit qui a fait des dizaines de milliers de morts, et trois millions de déplacés, selon les Nations unies. C'est d'ailleurs "la pire catastrophe humanitaire actuelle" selon l'ONU.

Choix de la station

France Bleu