Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Colère à Ligueil, en Indre-et-Loire, après le permis de construire cinq éoliennes accordé par l'Etat à un promoteur

jeudi 4 octobre 2018 à 17:41 Par Boris Compain, France Bleu Touraine

L'Indre-et-Loire est le seul département de la région Centre-Val-de-Loire à ne pas avoir d'éoliennes sur son territoire. Ca va peut-être bientôt changer : la Préfecture délivre un permis de construire pour cinq éoliennes dans le Ligueillois. Beaucoup d'élus locaux fulminent.

Il n'y a pour l'instant aucune éolienne en Indre-et-Loire.
Il n'y a pour l'instant aucune éolienne en Indre-et-Loire. © Maxppp - Nicolas Kovarik/IP3

Indre-et-Loire, France

Les maires de Ligueil, Vou et La Chapelle-Blanche-Saint-Martin, au sud de l'Indre-et-Loire, sont en colère. Ils viennent d'apprendre que la Préfecture d'Indre-et-Loire signe les permis de construire d'un parc éolien créé par la société Volkswind. C'est un rebondissement mais pas une surprise : la Préfète est contrainte d'accorder ce permis puisque la justice administrative a rejeté tous les recours la semaine dernière...y compris celui de l'Etat qui était opposé au projet!

Les élus locaux dénoncent un déni de démocratie

Les maires sont furieux, non pas contre la préfète qui ne fait que mettre en oeuvre la décision de justice, mais contre le juge administratif qui a décidé que les éoliennes étaient parfaitement compatibles avec le paysage du Ligueillois :

"c'est un déni de démocratie : la population n'en voulait pas à cet endroit, la préfecture n'en voulait pas, l'architecte des bâtiments de France n'en voulait pas...et il y a un petit juge qui a décidé que ce serait là quand même". Le maire de Vou, Jean-Marie Vannier

Devant la justice administrative, la Préfecture d'Indre-et-Loire et les Bâtiments de France avaient pourtant montré grâce à des images prises par hélicoptère que les éoliennes seraient visibles de tous les monuments historiques alentour. Gérard Hénault, le président de la communauté de commune Loches-Sud-Touraine, veut tout de même croire que rien n'est perdu : "Les populations consultées ont fait très largement valoir leur position, et c'est non. On ne veut pas d'éoliennes sur ce secteur. Le document sur lequel le tribunal a planché a été établi par l'architecte des Bâtiments de France. Il montre clairement que ces éoliennes portent atteinte au paysage et au patrimoine bâti de notre département." 

"A priori, des services de l'Etat vont mettre à la poubelle un travail établi par un autre service de l'Etat, vous comprendrez ma grande surprise" Gérard Hénault, président de la communauté de commune Loches-Sud-Touraine

Les chances pour les opposants de renverser la vapeur semblent aujourd'hui bien minces. Pourtant, ils affirment qu'ils ne sont pas prêts à se laisser faire. Il n'y a guère que les maires de Bridoré et Sepmes qui restent favorables aux éoliennes. Il faut dire qu'ils ont leur propre projet de parc éolien à défendre.