Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Collages féministes à Laval : "nos collages vont bien au delà des élections municipales"

-
Par , France Bleu Mayenne
Laval, France

Dans un communiqué publié sur Instagram, le collectif "Collages Féminicides Laval" rejette les accusations de Didier Pillon, le candidat de la droite et du centre aux élections municipales à Laval, et de François Zocchetto, le maire sortant.

Les collages avaient été retirés quelques heures après avoir été posés par le collectif.
Les collages avaient été retirés quelques heures après avoir été posés par le collectif. © Radio France - Charlotte Coutard

Le collectif mayennais Collages Féminicides Laval a réalisé dans la nuit du 20 au 21 mai des collages dans les rues de Laval. L'un de ces collages concernait le maire sortant de Laval, François Zocchetto, accusé de gestes déplacés à Rome par une ancienne collaboratrice de Jean-Vincent Placé, le soir des attentats de Nice en juillet 2016. On pouvait lire "Zocchetto on n'oublie pas" sur des panneaux électoraux près du viaduc de Laval, selon une information du journal Ouest-France.

Ce vendredi, le candidat de la majorité sortante pour les élections municipales, Didier Pillon (Laval Passionnément), a publié un communiqué adressé à son adversaire du 28 juin prochain, Florian Bercault, qui mène la liste de gauche dans la ville, dans lequel il estime qu'il s'agit d'un acte politique, à quelques jours du second tour des élections municipales. "Ces affiches apparaissent à un moment étonnamment opportun, sitôt parues les informations indiquant la  tenue du second tour de l’élection municipale le 28 juin. Une coïncidence malheureuse, un procédé ignoble. Une coïncidence d’autant  plus regrettable que l’une de vos colistières n’a cessé de commenter ces  affiches sur les réseaux sociaux", écrit la tête de liste Laval Passionnément.

Dans le journal Ouest-France ce vendredi, François Zocchetto a estimé que ce collage était "particulièrement ignoble. [...] Ce collectif se saisit du contexte électoral avec une cible politique", écrit le maire toujours en poste. 

Le collectif réagit sur Instagram

Des accusations qui ont fait réagir les militantes féministes sur les réseaux sociaux. "Le mouvement de collages féminicides est certes arrivé à Laval le 8 mars mais nous tenons à rappeler qu'il s'agit d'un mouvement national démarré en septembre 2019 à Paris. Ce mouvement est relayé dans de nombreuses villes de France. Il a pour but de sensibiliser l'opinion publique aux violences faites aux femmes et au sexisme de manière générale, montrer aux femmes victimes que nous sommes présentes et à leur écoute, et bien sûr d'interpeller le gouvernement et de nous répondre par des actions concrètes". 

"Nos collages vont bien au delà des élections municipales et ne sont pas centrés sur le maire de Laval. Nous ne nous rattachons à aucun parti politique", écrit le collectif sur son compte Instagram, qui rappelle que trois autres collages ne concernant pas François Zocchetto ont été réalisés cette nuit-là. François Zocchetto "prétend que nous nous écartons de notre lutte, or il fait diversion quant à ce que ce slogan dénonçait en réalité".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu