Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Combien coûte l'accueil des migrants en Limousin ?

mercredi 4 novembre 2015 à 19:05 Par Jérôme Edant, France Bleu Limousin

Les 46 migrants arrivés de Calais dans la nuit de mardi à mercredi à Peyrat le Château et à Meymac s'installent, pris en charge par les associations caritatives et les municipalités. Mais le coût de cet accueil suscite parfois des critiques. Un coût qui reste pour l'instant limité.

Migrant accueilli dans le sud-ouest
Migrant accueilli dans le sud-ouest © Maxppp - Thierry Bordas

Limousin, France

Les migrants qui viennent d'arriver en Limousin n'ont aucun statut, donc dans le principe ils n'ont droit à rien: aucune aide ni aucune prise en charge de l'Etat.

En réalité, il y a eu le coût du voyage jusqu'en Limousin, la mise à disposition de logements ou de locaux meublés dont le coût est assumé par l'Etat et la prise en charge des familles, au quotidien, par les municipalités mais aussi par des associations caritatives. Difficile à chiffrer précisément à ce stade, mais le budget est relativement limité.

En revanche, si certains d'entre eux font une demande d'asile, et c'est bien le but de cet accueil en Limousin, le temps que leur dossier soit traité, et en fonction de leurs revenus, ils ont droit à un centre d'accueil et à une aide financière: 200 euros par mois pour un adulte seul, 500 euros pour une famille de 4 personnes, 1100 euros pour 10 personnes. Il y a aussi la couverture maladie universelle, l'école (obligatoire) pour les enfants et le droit de travailler au bout de 9 mois si la demande d'asile n'est pas encore traitée.

Pas de prestations sociales pour les demandeurs d'asile

Durant le traitement de leur dossier, qui prend donc plusieurs mois, les demandeurs d'asile n'ont pas droit au RSA, ni aux d'allocations familiales, ni aux allocations logement. Ces prestations leurs sont ouvertes lorsqu'ils deviennent officiellement des réfugiés, c'est à dire lorsque l'asile leur est accordé.