Société

Commémoration de la libération des camps nazis : la Légion d'Honneur pour le rescapé André Maratrat

Par Baptiste Guiet, France Bleu Roussillon vendredi 17 avril 2015 à 17:42

André Maratrat
André Maratrat © Radio France

Cet ancien résistant, aujourd'hui habitant du Boulou, a été déporté dans les camps de Natzweiler-Struhof et Dachau. Il est toujours fidèle à son "devoir de mémoire". Lundi 20 avril 2015, André Maratrat est décoré de la Légion d'Honneur.

En 1940, André Maratrat a seize ans et il entre en contact avec la Résistance .

Deux ans plus tard, il participe à des actions de diffusion de la presse clandestine à Paris. Il est arrêté par la police française en 1943 . Il a dix-huit ans.

Après avoir été torturé, il est déporté vers l'Alsace. Il restera enfermé dans le camp de Natzweiler-Struthof de mars à septembre 1944. "Lorsqu'on est arrivés, l'officier qui nous a accueilli nous a expliqué que l'on entrait par la porte et que la sortie c'était... par la cheminée" .

"Ce qui m'a sauvé, c'est la main de l'autre".

Il sera ensuite transféré au camp de Dachau. Il y restera jusqu'à sa libération par les troupes américaines le 30 avril 1945. Pendant tous ces mois de détention, André Maratrat a pensé plusieurs fois au suicide. "Pour rendre moins longue la punition " explique-t-il. "Ce qui m'a sauvé, c'est la main de l'autre, la voix de l'autre. Ce que l'autre peut apporter à celui qui souffre dans les moments où il n'y a plus d'espoir"

Ce lundi, à 92 ans André Maratrat recoit la Légion d'Honneur, lui, qui l'a refusée plus d'une fois. "Ce qui m'a été donné d'accomplir, ce n'était pas pour recevoir une quelconque récompense" .

INVITE André Maratrat