Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Commémoration du 8-Mai 1945 : les cheminots CGT prennent la parole à Limoges

mardi 8 mai 2018 à 14:15 Par Justine Dincher, France Bleu Limousin

Lors d'une cérémonie en mémoire aux cheminots morts pour la France pendant la deuxième guerre mondiale, le syndicat CGT a demandé à prendre la parole. Les cheminots grévistes ont rendu hommage à ces hommes et ont appelé à "résister" contre la réforme du rail.

La cérémonie a duré une petite demi-heure ce mardi 8 mai.
La cérémonie a duré une petite demi-heure ce mardi 8 mai. © Radio France - Justine Dincher

Gare de Limoges-Bénédictins, Place Maison Dieu, Limoges, France

Les commémorations du 8-Mai 1945 qui marque la victoire des alliés sur l'Allemagne nazie ont pris une dimension particulière cette année pour les cheminots. À Limoges, comme tous les ans, ils se sont réunis à l'intérieur du hall de la gare, pour un hommage aux cheminots résistants morts pour la France pendant la deuxième guerre mondiale. La Marseillaise a résonné sous le dôme de la gare des Bénédictins, quasi déserte à cause de la grève. Il n'y avait pas ou peu de voyageurs en ce jour férié et de mobilisation. Une vingtaine d'anciens combattants et une poignée de cheminots ont fait face à la plaque commémorative. 

Un héritage à défendre

Pendant la cérémonie, un cheminot CGT a pris brièvement la parole. Hervé Six, secrétaire générale du syndicat CGT à Limoges, a pris la parole, avant le dépôt de gerbe : "nous nous devions d'intervenir pour faire un rappel capital à l'histoire, pour l'avenir des cheminots". "Le lien est simple : dans le contexte de sortie de guerre, il y a des choses qui ont été obtenues par le conseil national de la résistance, et en face, le patronat ne voulait accepter aucune des propositions. Aujourd'hui, côté cheminots, nous sommes dans le même contexte. C'est donc très important de voir ce qu'il s'est gagné, et nous sommes persuadés aujourd'hui que nous allons les perdre avec ce gouvernement", explique Hervé Six.

Hervé Six, du syndicat CGT à Limoges, a pris la parole. - Radio France
Hervé Six, du syndicat CGT à Limoges, a pris la parole. © Radio France - Justine Dincher

"Résistons !"

Benoît Lematelot, également membre du syndicat CGT, explique à son tour que l'héritage du conseil national de la résistance est attaqué par le gouvenerment, et pas seulement à la SNCF : "le conseil national de la résistance, ça veut dire la mise en place des retraites, la mise en place des comités d'entreprises, le rôle des syndicats pendant la résistance. Et aujourd'hui, nous sommes en résistance contre une mauvaise réforme et contre un gouvernement qui veut clairement achever le travail commencé au début des années 70, pour casser tout ce qui avait été mis en place par le conseil national de la résistance". Pour défendre le passé et assurer leur futur, les cheminots seront de nouveau en grève mercredi 9 mai.