Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Commémorations : il y a 80 ans, des Alsaciens se réfugiaient en Dordogne

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Périgord, France Bleu Alsace

Ce vendredi 6 et ce samedi 7 décembre de nombreuses manifestations sont organisées en Périgord pour commémorer l'arrivée de 80.000 Alsaciens pendant la Seconde guerre mondiale.

La mairie de Strasbourg a été déplacée à Périgueux pendant la Seconde guerre mondiale. Photo d'illustration
La mairie de Strasbourg a été déplacée à Périgueux pendant la Seconde guerre mondiale. Photo d'illustration © Radio France - Charlotte Jousserand

Dordogne, France

En 1939, 80.000 Alsaciens sont poussés à l'exil par l'avancée des troupes allemandes. Ces habitants de Strasbourg et des communes du Ried proches de la ligne Maginot sont transférés en Dordogne sur ordre de l'état-major français.

"Au début, ils devaient aller en Savoie" : le spécialiste François Schunck explique pourquoi c'est en Dordogne que les Alsaciens sont venus

En moins de 48 heures, ils doivent quitter leur maison et leur village pour rejoindre le Sud-Ouest de la France. 80.000 Alsaciens arrivent en Dordogne et s'installent dans le département. Pour commémorer ce 80e anniversaire, de nombreuses manifestations sont organisées ce vendredi 6 et ce samedi 7 décembre en Dordogne. 

Après 3 jours de voyage, nous arrivons à Eymet, puis nous sommes acheminés vers Saint-Aubin. Un repas copieux et chaud nous est servi dans un restaurant à côté de la gare. Quel réconfort ! Nous passons la première nuit, tous les six chez le garde-barrière, heureux de ne pas être séparés. Le lendemain, nous rejoignons les autres familles alsaciennes dans le bourg. Là, des paysans viennent avec des charrettes pour nous emmener chez eux, à Saint-Aubain, puis à Rouquette ; une autre vie commence ici pour nous.                      
Fernand Klethi, Mon enfance en Alsace annexée, fiches pédagogiques de l’AMAM

"Ils ne savaient pas où ils allaient, ni pour combien de temps"

Une délégation alsacienne reçue à Périgueux

La Ville de Périgueux accueille pendant deux jours, ce vendredi 6 et ce samedi 7 décembre, une délégation alsacienne. Périgueux a notamment accueilli la mairie de Strasbourg pendant la Seconde guerre mondiale. 

Un spectacle est organisé au Palace ce vendredi 6 décembre à 21 heures avec Jean Bonnefon et Christophe Voltz. "D'Ill en Isle. 1939-1940. Un train pour Périgueux". 

Le samedi 7 décembre, un dépôt de gerbes est prévu au Cimetière de l'Ouest de Périgueux, rue Louis Blanc, à 9h30. A 10 heures, une plaque commémorative est dévoilée à la Gare de Périgueux. 

Une journée de commémoration au centre pariétal de Montignac

Ce samedi 7 décembre à partir de 16h30, une journée de commémoration est organisée au Centre international de l'art pariétal Montignac-Lascaux en présence de Laurence Muller-Bronn, la vice-présidente du Conseil départemental du Bas-Rhin, et de deux élus de la mairie de Strasbourg, Nicole Dreyer et Michèle Seiler. 

A 17 heures, Richard Seiler donne une conférence sur le thème "L'évacuation des Alsaciens et populations civiles de l'Est de la France en 1939".

Histoire commune

De nombreux alsaciens ont fait le déplacement en Dordogne à l'occasion des commémorations. Parmi eux, Catherine, une Strasbourgeoise. Elle vient tous les ans en Périgord pour rendre visite à ceux qui ont accueilli, en 1939, ses grands-parents et sa mère. Un voyage d'un peu plus de 800 kilomètres indispensable. Sa mère, qui avait 9 ans quand elle est arrivée à Vergt, lui a toujours parlé de la Dordogne.

"Depuis 80 ans, nos deux familles sont unies à tout jamais !"

Aujourd'hui, c'est à Sanilhac qu'elle rend visite à la famille qui a accueilli ses aïeuls. Comme tous les ans, Denise l'accueille avec plaisir. "Nos deux familles n'en forment plus qu'une", sourient les deux femmes. C'est la mère de Denise, Alice, qui a noué de grands contacts avec Denise, la mère de Catherine. La première avait 16 ans, l'autre 9, "elles étaient comme des sœurs"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu