Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Comment agir quand on est victime ou témoin de harcèlement de rue ?

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne

Dans le cadre de la semaine internationale de lutte contre le harcèlement de rue, il est bon de rappeler qu'il existe un programme de formation et de sensibilisation intitulé Stand Up, lancé par L'Oréal Paris en partenariat avec l'ONG américaine Hollaback! et la Fondation des femmes.

campagne du programme Stand Up L'Oréal Paris
campagne du programme Stand Up L'Oréal Paris - Visuel d'illustration

Beaucoup de femmes sont victimes de harcèlement dans l'espace public. Selon une enquête effectuée en 2021, menée par L'Oréal en partenariat avec Ipsos, une femme sur cinq déclare avoir été victime de harcèlement sexuel dans un espace public, une femme sur trois chez les moins de 35 ans. Comment agir en tant que victime ou témoin ? Des conseils sont dispensés dans le cadre du programme Stand Up, accessibles en ligne via des formations. 40 000 femmes ont déjà été formées en France. A Reims, l'association HeforShe du campus Neoma dispense aussi ces formations.

En France, 81% des femmes disent avoir été victimes de harcèlement dans l'espace public

Si huit femmes sur dix déclarent avoir été victimes de harcèlement dans l'espace public, le chiffre monte à 100% quand il s'agit des transports publics parisiens. A Reims, des témoignages d'étudiantes confirment aussi ce sentiment d'insécurité. Nathalie, 21 ans, étudiante raconte avoir été plusieurs fois suivie. Plus jeune, elle n'osait rien dire : "Je baissais la tête, je n'osais rien dire, me demandant si finalement je n'étais pas parano, si ce mec ne suivait pas simplement le même chemin que moi. Aujourd'hui, je me sens légitime pour exprimer mon inconfort, demander de l' aide". 

Nathalie ajoute que la règle des 5 D, relayée par le programme Stand Up et qui propose des solutions aux témoins de harcèlement de rue, lui a également beaucoup apporté. Cette règle procure des conseils pour savoir quoi dire et comment agir. "Des conseils qui peuvent paraître évidents" précise Emmanuelle Muffat, présidente de l'association HeforShe Neoma, mais il est bon de les réaffirmer.

La méthode des 5 D pour agir en tant que témoin

Chaque D correspond à un mot et à une méthode pour aider une victime de harcèlement de rue

  • Distraire : un témoin va engager la conversation avec "la victime" comme s'il s'agissait d'une connaissance
  • Déléguer : s'adresser à une autorité, comme le patron du bar, le chauffeur du bus
  • Documenter : faire une photo ou une vidéo qui pourra être proposée à la victime en cas de plainte
  • Diriger : interpeller l'importun mais sans s'exposer au danger
  • Dialoguer : s'adresser à la victime pour savoir comment elle va, comment elle peut être aidée. 
campagne Stand Up contre le harcèlement de rue
campagne Stand Up contre le harcèlement de rue - campagne Stand Up

Sensibiliser les femmes et les hommes également

Sensibiliser les étudiants au harcèlement de rue est aussi extrêmement important relève Emmanuelle Muffat. "Beaucoup ne se rendent pas compte que ce comportement est _problématique_, peut être puni par la loi et qu'il peut mettre mail à l'aise, voire même traumatiser des jeunes filles ou des femmes. Je trouve qu'on a souvent tendance à le banaliser, même en temps de femme, on se dit qu'on a été insultée dans la rue mais pas menacée, on se dit que ce n'est pas grave alors que ça l'est. Il est important que les étudiants se rendent compte que non ce n'est pas normal et que oui il faut réagir."

Où est Angela ?

En septembre 2019, sur le principe d'une idée développée en Angleterre "Ask for Angela", l'association HeforShe a mis au point le concept à Reims en partenariat avec, à ce jour,18 bars et restaurants de la ville. "Où est Angela" est un code qui permet à quelqu'un de faire savoir discrètement à un serveur qu'on est en situation de harcèlement

"Je l'ai déjà utilisé, confirme Nathalie, jeune étudiante rémoise de  21 ans, et immédiatement les consommateurs importuns ont été exclus de l'établissement". Il est aujourd'hui question d'élargir le partenariat à d'autres enseignes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess