Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Comment améliorer la propreté des villes de l'Yonne ?

dimanche 30 septembre 2018 à 18:06 Par Renaud Candelier, France Bleu Auxerre

Que peut-on faire pour avoir des villes plus propres ? C'est vous qui avez choisi ce sujet (vote sur notre page Facebook). Dans l'Yonne, les communes se sont impliquées fortement sur la propreté ces dernières années avec des solutions techniques innovantes mais aussi plus de surveillance.

Le service propreté de la ville de Sens compte 26 agents
Le service propreté de la ville de Sens compte 26 agents © Radio France - Renaud Candelier

A Sens par exemple, le travail des agents a bien changé depuis deux ans  : "avant les agents utilisaient des charettes et des brouettes", explique Sylvain Guéret, responsable du service propreté. 

Des agents enfin motorisés

Révolution ! La ville de Sens, depuis bientôt deux ans, les a motorisé : "c'est une scooter qui a été transformé en appareil de voirie pour la propreté. Il a ses sacs poubelle pour ramasser les déchets et les pinces adéquates pour ramasser les papiers tout en roulant."

Une application pour dénoncer les déchets sauvages à Sens

A Sens est apparu aussi le "Glutton"  un gros aspirateur urbain. Et pour améliorer la propreté la commune a également recours aux nouvelles technologies ajoute Frédéric Vitry agent à la Brigade verte : "la ville de Sens a créé une application qui s'appelle Néocity. Les habitants peuvent prendre une photo de l'incivilité qu'ils constatent et la transmettre via l'application géolocalisée."

Poubelles ouvertes et PV pour les auteurs à Joigny

Face aux déchets sauvages, certaines villes comme Joigny ont décidé de passer à la répression explique le premier adjoint Nicolas Soret  : "rien que cette année nous avons dressé plus de cent procès verbaux rien que sur les déchets. Je ne laisse plus rien passe. Si la ville est sale, c'est parce que  les gens le sont. On va quand-même se dire les choses !"  Certains agents sont désormais assermentés et peuvent fouiller dans les poubelles pour rechercher leur propriétaire. Dans l'Yonne, la propreté représente en moyenne 3% à 4% du budget des villes. A Avallon, l'achat de trois véhicules électriques de ramassage a permis de réduire le nombre d'agent à la propreté de sept en 2015 à trois actuellement.

Une peinture anti-pipi

Certaines innovations ailleurs que dans l'Yonne sont parfois très pointues. La ville de Caen teste cette année une peinture anti-pipi près des bars de nuit. Le revêtement mural renvoie les projections d'où elles viennent. 

Un logiciel pour reconnaître les déchets

Autre avancée, en Suisse, des chercheurs de l'école polytechnique de Lausanne ont créé un logiciel capable de reconnaître les différents types de déchets. Cela permettrait de "mesurer" la saleté de la ville. 

Singapour, la répression maximum

Côté répression, c'est Singapour qui a la palme. Jeter un mégot ou un chewing-gum vous coûtera plusieurs centaines d'euros car il y a des caméras partout.  

Des déjections verbalisées grâce à l'ADN

Quant aux crottes de chiens, la ville de Béziers a décidé de collecter l'ADN de tous les toutous pour dissuader les maîtres de les laisser faire n'importe où. On y viendra peut-être pour les humains.