Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Société

Comment éviter le saccage de nouvelles écoles dans les Alpes-Maritimes ?

mercredi 19 août 2015 à 21:00 Par Jean-Baptiste Marie, France Bleu Azur

Quatre écoles azuréennes ont été vandalisées ces derniers jours dans le département des Alpes-Maritimes à Nice et Saint-Laurent-du-Var. Les établissements scolaires ont été visités, saccagés, suscitant à chaque fois un vif émoi. Mais que faire ? Que faire pour éviter que de tels actes ne se reproduisent ?

Une classe de l'école Ray-Gorbella de Nice saccagée lundi dernier.
Une classe de l'école Ray-Gorbella de Nice saccagée lundi dernier. © MaxPPP

Samedi dernier, l'école de Michelis 2 de Saint-Laurent-du-Var a été visitée par des vandales. Quatre classes ont été saccagées . Lundi la même scène s'est répétée à Nice. L'école Ray-Gorbella a elle aussi été mise sans dessus-desous. Puis mardi, toujours dans la capitale azuréenne, deux nouveaux groupes scolaires sont la victime de saccages : Thérèse Roméo 1 et Fuon-Cauda. En tout, quatre écoles ont ainsi été prises pour cible en quatre jours.

Ces actes abjects ont été dénoncés par la ministre de l'Éducation et les élus locaux, mais aussi les parents, enseignants, riverains... Mais une fois l'émotion passée, que faire ? Que faire pour éviter que de nouvelles écoles soient saccagées l'été par des bandes de jeunes, souvent à la recherche d'occupation pendant l'été.

Comment faire ?

Le saccage de ces quatre écoles a relancé le débat sur la vidéosurveillance dans et aux abords des établissements scolaires. D'autres militent pour plus de présence humaine. C'est le cas de la fédération des parents d'élèves FCPE 06. Les communes, elles, ont pris des mesures différentes.

La présence humaine dans les écoles azuréennes est l'une des solutions pour éviter les saccages.

À Saint-Laurent-du-Var , où aucun gardien ne surveille les écoles, la mairie a décidé de renforcer les patrouilles de sa police municipale devant les 17 groupes scolaires de la ville. L'installation de nouvelles caméras est aussi en réflexion.

À Nice , les 71 établissements scolaires municipaux ont tous un concierge, mais seuls 42 d'entre-eux sont logés sur place. Pour les autres, le député-maire Christian Estrosi envisage d'installer des policiers municipaux dans les logements vacants des écoles.

À Cannes , les classes sont toutes équipées d'un système d'alarme pour prévenir en cas d'intrusion. Les écoles sont d'ailleurs toutes surveillées sauf quatre. Enfin à Antibes , on n'a pas eu à déplorer d'actes de vandalisme dans les groupes scolaires depuis longtemps, car tous accueillent un concierge à l'année.

Alain Julienne, directeur général adjoint des services de la ville d'Antibes.