Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Comment expliquer l'installation illégale des gens du voyage en Indre-et-Loire depuis plusieurs jours ?

-
Par , France Bleu Touraine

Depuis le début du mois de mai, de nombreuses caravanes se sont installées un peu partout en Indre-et-Loire sur des terrains qui ne sont pas prévus à cet effet. Alors qu'il existe des aires de grand passage, pourquoi ces occupations illégales ? France Bleu Touraine vous explique.

La mairie de Tours a lancé une procédure d'expulsion contre les 45 caravanes installées dans le parc de Sainte-Radegonde depuis le samedi 22 mai.
La mairie de Tours a lancé une procédure d'expulsion contre les 45 caravanes installées dans le parc de Sainte-Radegonde depuis le samedi 22 mai. © Radio France - Chloé Martin

Environ 45 caravanes installées dans le quartier de Sainte-Radegonde, une trentaine dans celui des Fontaines, le long de la route de Saint-Avertin, et une quarantaine, près de l'aéroport, les occupations illégales des gens du voyage sur des terrains publics ou privés se multiplient depuis quelques jours dans la métropole de Tours. Et de manière générale, sur tout le département d'Indre-et-Loire, si l'on compte les 80 caravanes installées du dimanche 16 au dimanche 23 mai sur l'île d'Or, à Amboise.

Il existe pourtant trois aires de grand passage prévues à cet effet : une à Chinon, une à Pocé-sur-Cisse, près d'Amboise, et une autre à La Gloriette, à Tours-Sud. Elles peuvent accueillir jusqu'à 500 caravanes au total

Les aires ouvertes entre juin et août seulement

Le problème, c'est qu'elles n'ouvrent que pour la saison estivale et sont pour le moment fermées. L'aire de Pocé-sur-Cisse n'ouvre que le 1er juin par exemple. Or, les missions évangéliques commencent plus tôt, autour de la mi-mai. "C'est pour ça qu'on s'est mis là", explique le pasteur de la communauté installée à Sainte-Radegonde depuis le début de semaine.

Dans ce cas, pourquoi ne pas ouvrir les aires de grand passage plus tôt ? Contactée, l'intercommunalité du Val d'Amboise indique qu'il n'est pas possible de l'ouvrir avant pour des raisons logistiques, car "cela prend du temps" de faire tous les raccordements en eau, en électricité et de s'assurer que tout soit en état pour l'arrivée des premiers membres de la communauté des gens du voyage.

C'est aussi une question d'argent. L'emplacement est facturé 25 euros TTC par jour. Ce qui ne comble pas évidemment le coût pour la collectivité. Cela représente 10.000 euros par semaine en électricité, en eau et en collecte d'ordures.

Il n'y a plus de médiateur

Mais même quand les aires de grand passage sont ouvertes, "on n'a pas tous envie d'y aller", reconnaissent le pasteur et d'autres gens du voyage installés dans le parc de Sainte-Radegonde. Entre celle de Chinon, placée en zone inondable, ou celle de La Gloriette, qui ne comprend que des emplacements bétonnés, "les aires de grand passage sont inadaptées à nos besoins".

Le dernier problème qui freine l'installation dans ces aires de grand passage, c'est qu'il n'y a plus de médiateur, depuis un an, entre les gens du voyage et la préfecture. L'association Tsigane Habitat occupait cette mission jusqu'en 2020. Elle faisait le lien entre les gens du voyage et les services de l'Etat pour prévenir de l'arrivée de telle ou telle communauté dans le département et trouver un emplacement adéquat le temps du séjour. Depuis, personne n'a répondu à l'appel d'offre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess